Toko-Ekambi et Lyon, pour réécrire l'histoire - commentaires