Toli Sous le Manguier ::: Camfoot.com

Afficher uniquement les messages comportant le(s) mot(s) suivant(s) :

Messages : 136 à 150 Page : 10 Nombre de messages : 428283
@tous

depuis que francis ngannou gagne en UFC la le ministre ewodi moustachu ne l'a jamais invite n'est ce pas?quand c'est l'unique champion NBA pascal SIAKAM il court l'inviter pour se filmer avec lui devant la photo du criminel de biya n'est ce pas?quand le petit ne reopond pas favorablement a son invitation pour eviter toute recuperation,les vampires bulu l'attaquent partout sur le net.il a rencontre les jeunes pour les faire rever,il leur a presente le trophee NBA une premiere au cameroun.les jeunes ont touche le plus grand trophee de l'histoire du basket.dis a tes cousins villageois bulu que stephen CURRY avait refuse d'aller a la maison blanche rencontrer TRUMP,le moustachu ewodi mouelle ''combine'' c'est qui ?j'allais dire quoi?

comme francis NGANNOU sera dans FAST AND FURIOUS 9 c'est le ministre de la culture qui va peutetre l'inviter,pour le moment on lignore quand il va au cameroun.une bande de villageois incompetents qui ne conaissent pas la honte.voila mama nguea qui a besoin de leur aide ils ne viendront jamais a son secours mais lorsqu'i fallait chanter pour le R on l'a connaissait.en tous cas elle n'aura meme pas un radis de ma part.si tu sers le diable biya il faut lui demander un salaire et non attendre de nous une quelconque aide.pifffff
Londonien (Grande Bretagne) le 15/08/2019 à 12:00

suite et fin

LCCLC - Le SED ou le Camp BOIRO de Paul BIYA : Voici comment les prisonniers politiques sont torturés

. La souffrance physique étant alors inexistante, il ne poussera aucun cri, en proie simplement à une souffrance psychique si insupportable qu'il dira n'importe quoi pour que cesse son tourment. »

Voilà entre autres, les formes de tortures que subissent nos compatriotes incarcérés au SED.

Petite pensée ce matin pour Nana Serge Branco, pour Serges Yemga qui ont subis les tortures les plus inhumaines au SED.

Petite pensée aussi pour les prisonniers anglophones qui ont été emprisonnés depuis 3 ans au SED et sauvagement torturés sans que cela ne filtre.

Comme, je le disais plus haut, Diallo Telli a été incarcéré au sinistre camp Boiro, où il est torturé dans la tristement célèbre « cabine technique » (cabine de torture) et obligé de lire des aveux sous la torture dans lesquels il reconnait être à la tête du « complot peul ». Le 12 février 1977, Diallo Télli est placé à la « diète noire » qui consiste en une totale privation d’eau et de nourriture jusqu’à ce que mort s’en suive. Un véritable supplice lorsqu’on sait que dans la journée la température atteint parfois 50 degré. Boubakar Diallo Telli décède au matin du 1er Mars 1977 dans sa cellule du Camp Boiro des suites de la « diète noire ». Dans une dernière lettre adressée à Sekou Touré avant sa mort, il dit ceci : « L’Histoire nous a montré que tous les régimes dont l’assise repose sur le mensonge et la force périssent par la force. Ce soulèvement populaire qui te hante, je ne l’ai jamais souhaité pour mon pays mais il est inévitable. ».

Texte dédié à tous les prisonniers politiques et anglophones. Petite pensée particulière pour Nana Serge Branco et Serges Yemga

AROL KETCH / Conakry le 15.08.2019
Londonien (Grande Bretagne) le 15/08/2019 à 10:35

suite

LCCLC - Le SED ou le Camp BOIRO de Paul BIYA : Voici comment les prisonniers politiques sont torturés

« La torture est sans doute un procédé d'une efficacité expéditive pour obtenir des aveux ou des renseignements ; pour convaincre un homme d'accepter la responsabilité d'un crime qu'il soit ou non coupable et pour avoir quelques garanties qu'il continuera d'assumer cette responsabilité après sa sortie des locaux de la police. Le moyen le plus sûr est de lui démontrer que sa culpabilité est logiquement irréfutable, et que tout l’accable ; qu'il est fou de s'obstiner à nier l'évidence. Pour l'innocent accusé d'un crime, le moment le plus dangereux n'est pas celui où les policiers l'entourent en hurlant et en gesticulant, voire en le frappant ; c'est celui où le commissaire, écartant ses hommes d'un geste réprobateur explique d'une voix bonasse, cordiale, qu'il faut être raisonnable et témoigner d'un élément de bon sens. L'accusé passe aux aveux victime de la puissance de suggestion policière et convaincu lui-même de sa culpabilité.

Les tortures les plus courantes, quoique démodées à cause de l'influence grandissante de la presse, sont les sévices spectaculaires qui laissent des traces accusatrices. L'accusé est sodomisé avec une matraque, la tête couverte d'une cagoule ; il est déshabillé, étendu sur une table, arrosé d'eau et subit le supplice de l'électricité. Il y a aussi l'acide, même dilué : quelques gouttes sur le sexe infligent une souffrance si brutale que le hurlement de douleur est irrépressible.

{…} une torture appelée matraquage Viêt-cong. Il s'agit d'un passage à tabac ou café comme vous l'appelez ici, qui ne laisse aucune trace ; une matraque n'est même pas nécessaire. Un journal plié d'une certaine façon et frappé à certains points précis de l'organisme inflige une douleur humainement insupportable. Tous les experts et procureurs de la république n'y voient que du feu. Certaines polices ont fait tellement de recherches qu'elles ont amélioré les techniques du "matraquage Viêt-cong" au point où le fleuron en est simplement l'isolement sensoriel : il suffit ici de placer le détenu au centre d'une cellule obscure et insonorisée ; il ne voit rien, n'entend rien, ne touche à rien ; il verse rapidement dans une folie plus destructrice que n'importe quel supplice corporel. La souffrance physique étant alors inexistante, il ne p
Londonien (Grande Bretagne) le 15/08/2019 à 10:34

LCCLC - Le SED ou le Camp BOIRO de Paul BIYA : Voici comment les prisonniers politiques sont torturés

Les récents témoignages des prisonniers politiques torturés au SED ont hanté ma nuit et m’ont empêché de dormir. Comment fermer les yeux devant autant de cruauté ?

En effet, les témoignages, les images et vidéos qui nous viennent du SED sont violentes et affligeantes. On dirait un camp de concentration ; un camp de torture : prisonniers torturés, prisonniers enfermés dans le noir, tortures au courant électriques, bastonnades en groupes, traitements dégradants et humiliant etc.

Tout ceci me rappelle le sinistre camp BOIRO du Guinéen Sekou Touré. Du nom de la prison politique dans laquelle il enfermait les prisonniers politiques. C’était un véritable can d'internement, de torture et de mise à mort.

Au lendemain de la mort de Sekou Touré, le monde découvrait alors l’horreur du Camp Boiro : plus de 100 milles personnes enfermées et torturées, plus de la moitié exécutées. Plusieurs intellectuels de hauts vols perdirent la vie au sein de ce camp. Le plus célèbre d’entre eux est le brillant intellectuel Diallo Telli. Boubacar Diallo Telli a certainement été l'un des plus importants acteurs de la reconnaissance de son pays, la Guinée, par la Communauté internationale. Premier secrétaire général de l'Organisation de l'Unité africaine (O.U.A.) de 1964 à 1972. Brillant juriste international, Telli fut ministre de la justice de Sékou Touré avant d’être enfermé au Camp Boiro dans ce qu’on appelé le « complot peul ». Et pour les tenants du régime « un peul ne sera jamais président en Guinée ». Comparaison n’est pas raison ; actuellement au Cameroun Maurice Kamto, brillant juriste international est aujourd’hui en prison et on peut entendre les partisans du régime affirmer : « un bam.iléké ne sera jamais président du Cameroun ».

Lorsque Paul Biya partira, comme en Guinée après Sekou Touré, le monde entier va découvrir l’horreur du SED : la torture extrême et dégradante. C’est l’héritage du sinistre Jean Fochivé, chef de police politique sous Ahidjo et Paul Biya. Pour mieux comprendre ce que subissent les personnes incarcérées au SED, lisons cet extrait du livre consacré à Jean Fochivé ( les révélations de Jean Fochivé par Frédéric Fenkam) :

« La torture est sans doute un procédé d'une efficacité expéditive pour obtenir des aveux ou des renseignements
Londonien (Grande Bretagne) le 15/08/2019 à 10:32

Aubin von Djazik
37 mins

LCCLC: Rotir les testicules de ton frère qui ne t'a rien fait.. taper ses pieds, fracasser son crâne, casser son bras, tirer les seins des femmes...enfoncer ceci, cela ... botter, chandeliser, tchoucker, piquer, écorcher le crane, fouetter a mort, électricité sur le dos des gens .....

On se croirait dans un film d'horreur de Steven King pourtan.....voila avec quoi des gens gagnent leur salaire a la fin du mois ........ c'est des noirs qui font ca à d'autre noir... en Afrique, au Kamer....

le coeur noir dans ce pays ! Le grand frère du Bahat !! .. le mauvais coeur !
Londonien (Grande Bretagne) le 15/08/2019 à 08:51

BEAUCOUP DE REGRET DE LA PART DES dirigeants sardinards de la république

Plutôt
''Je ne savais pas que c est comme ça qu il va faire"
Maybe (Andorre) le 15/08/2019 à 05:50

Biya engage un autre lobby américain pour défendre le gouvernement américain
11 OCTOBRE 2018
Le gouvernement camerounais a retenu les services d'un autre groupe de pression américain, le Glover Park Group, pour un contrat de 600 000 dollars (312 millions de FCFA) visant à promouvoir les intérêts du gouvernement actuel parmi les politiciens américains et à conseiller le gouvernement sur les relations avec les institutions gouvernementales américaines.

La nouvelle du contrat a été annoncée pour la première fois par O'Dwyer, une agence de presse publique basée aux États-Unis . Selon le site, le contrat d'un an est entré en vigueur le 1 er septembre et le contrat donne à "l'une ou l'autre des parties, à la réception d'un préavis de 30 jours, le droit de résilier le contrat".

En août dernier, le National Times rapportait que le président cambodgien, Paul Biya, versait au moins 5 milliards de FCFA à l'agence de lobbyistes américaine Patton Boggs pour influencer la perception américaine de son régime, aidant ainsi le régime à se soustraire aux sanctions américaines et à maintenir le pouvoir au pouvoir .
Eva (Gabon) le 15/08/2019 à 05:41

En août dernier, le National Times rapportait que le président cambodgien, Paul Biya, versait au moins 5 milliards de FCFA à l'agence de lobbyistes américaine Patton Boggs pour influencer la perception américaine de son régime, aidant ainsi le régime à se soustraire aux sanctions américaines et à maintenir le pouvoir au pouvoir .

Un autre article d’Africa Intelligenc e a déclaré que «le gouvernement camerounais a renoncé à sa responsabilité de négocier ses contrats pétroliers avec la firme américaine Squire Patton Boggs».

"Le dernier renouvellement du contrat de lobbying entre le cabinet du Premier ministre camerounais et la firme américaine Squire Patton Boggs, accepté par Yaoundé en juillet, comprendra pour la première fois un composant" pétrole et gaz ", ont montré les documents d'Africa Intelligence.

Alors que la tension autour des 36 années de Biya au pouvoir continue de s'intensifier et que la brutalité de l'armée dans le nord et le nord-ouest du pays devient publique, le gouvernement s'est fié aux lobbyistes occidentaux pour promouvoir son image sur la scène internationale afin d'éviter les sanctions et les représailles internationales.
Eva (Gabon) le 15/08/2019 à 05:38

Le privatiseur des biens de la république...
Le privatiseur des sociétés d état de la république..
Le vendeur supérieur du patrimoine national..
Le vendeur des terres aux Chinois ...
La jeunesse est perdue dans la misère sans fin.
Les parents reçoivent le message dans toutes les langues du pays et disent:
'' Je ne savais pas que il allait faire comme ça''
M aybe (Andorre) le 15/08/2019 à 05:27



Yes, les bu.lu! Depuis que Nzui manto nous donne les noms de tortionnaires du SET(secretariat d'etat a la torture) ce ne sont que les memes noms? mobutu se croyait plus fort que ca...
Anel-kamto (Cameroun) le 14/08/2019 à 15:03

Le toli, mur des lamentations bam's dirigé par le nommé londonien n"est toujours pas rempli de larmes?
Les mêmes discours tous les jours?
DJA ET LOBR (Douala , Cameroun) le 14/08/2019 à 12:34

suite

NOUS. ALLONS VAINCRE CES GENS PARCE QU’AUTOUR DE MAURICE KAMTO IL Y A DE L’AMOUR ET DE LA BEAUTÉ Par Patricia Bakalack

Des allusions comme ce commentaire plus haut (de ce Bas.sa à qui j'ai rappelé qu'il vit en France et se réjouit des tortures, des violations des droits de l'Homme dans son pays le Cameroun pendant que lui est bien à l'abris dans son pays d'adoption, protégé par les conventions de Genève), je n'ai reçu que des attaques personnelles telles que celle-ci et j'ai toujours estimé que c'était une insulte à mon intelligence, car je n'ai jamais eu besoin d'un homme pour prendre des décisions. Depuis gamine, j'ai toujours mis un point d'honneur à veiller à ce que personne n'influence des décisions que je pourrai prendre, je suis responsable de moi-même et j'ai suffisamment d'intelligence et de force de caractère pour défendre mes idées.

Je trouve pour ma part et je ne de cesserai jamais de le dénoncer, que cela traduit un tribalisme systémique chez les communautés Bas.sa, ethnie dont je suis fière d'appartenir à 100% et dont je me suis toujours réclamée avant toute autre chose. Avant d'être Camerounaise je suis une fille Bas.sa de Babimbi, le revendiquer ne diminue aucunement ma camerounité, et cela, aucune décision, aucun passeport, aucun décret administratif, aucun arrêté royal, ne me l'enlèverait. Mè yé ngoñ Bas.sa bi Babimbi depuis mes aïeux, je suis Camerounaise, et je continuerai à dénoncer le tribalisme qui sévit dans les communautés dont je suis originaire.

L'ironie veut que j'ai été tout ce temps et ce jusqu'au mois dernier encore, en couple avec un homme Bas.sa qui, frustré de ne pouvoir me faire changer d'avis sur "le parti politique des ngrafi", est devenu violent.

Mes chers "maris" Bam.iléké, depuis le temps que les miens m'ont liée à vous par de quelconques alliances imaginaires, je vous informe de mon statut de célibataire à temps plein, et je pense qu'il serait plus que temps de leur donner raison.
Londonien (Grande Bretagne) le 14/08/2019 à 10:42

NOUS. ALLONS VAINCRE CES GENS PARCE QU’AUTOUR DE MAURICE KAMTO IL Y A DE L’AMOUR ET DE LA BEAUTÉ Par Patricia Bakalack

“Patou BK on sait que tu es devenue bam.ileké comme c'est avec eux que tu fais des galipettes, tu te permets de stigmatiser de nobles bas.sa, Ngan Ngan et toi allez de l'avant"

Un ami m'a demandé il ya 2 jours pourquoi au MRC nous sommes aussi "passionnés"(il voulait dire violents), je lui ai répondu qu'il le disait uniquement parce qu'il se trouve "de l'autre côté" de la scène.

Lorsque j'ai décidé de soutenir le MRC, Mouvement pour la Renaissance du Cameroun porté par le Professeur Maurice Kamto (principal parti d'opposition dont tout le directoire et plus de 200 partisans ont été arrêtés, torturés et incarcérés et le sont toujours à ce jour), je ne m'attendais pas à autant de réactions violentes de personnes plus ou moins proches et, toutes étaient ce qu'on appelle communément les "Nkoah" (peuples du Sud-littoral-centre-est). Du jour au lendemain j'ai cessé de voir des publications d'amis sur mon fil d'actualité. Je compris plus tard que nombreux m'avaient bloqué juste après mon adhésion "officielle" à la politique du Professeur Kamto, largement relayée par des sympathisans. J'ai mis du temps à accepter que des gens que j'aimais bien m'en voulaient tout simplement pour cela, je vais faire l'impasse sur les nombreux messages agressifs recu inbox. J'ai beau avoir beaucoup d'aplomb, je n'étais pas préparée à cela puisque je n'avais jamais pensé un seul instant que je pouvais m'attirer des inimitiés à cause de mes convictions politiques, d'ailleurs je continue de dire que je ne fais pas de politique, je suis juste une Camerounaise concernée et mes frustrations sont à la hauteur de l'incompétence du RDPC, parti de Monsieur Paul Biya arrivé au pouvoir bien avant ma naissance. Seulement cette longévité suffirait largement à m'opposer à ce regime. Voilà ce qui m'a fait tomber dans ce que j'appelle le radicalisme politique que j'assume totalement, je ne suis pas du genre à tendre la joue droite, je ne suis pas une gentille, je donne les coups et je cogne bien sec !

Des allusions comme ce commentaire plus haut (de ce Bas.sa à qui j'ai rappelé qu'il vit en France et se réjouit des tortures, des violations des droits de l'Homme dans son pays le Cameroun pendant que lui est bien à l'abris dans son pays d'adoption, protégé par les conven
Londonien (Grande Bretagne) le 14/08/2019 à 10:40

Messages : 136 à 150 Page : 10 Nombre de messages : 428283

Parle ta part, je parle ma part
Talk your own, I go talk my own


Nom ou pseudo : *
E-mail :
Ville :
Pays : *
Message : *

Veuillez copier ce code de 4 lettres dans la case de droite :(à quoi ca sert ?)