Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Elles ont gagné, il paraît

Camfoot

Le 8 juin n’est pas une date banale dans la mémoire collective des Camerounais. Ce jour là, il y a bien 25 ans, un accident vertueux survenu en Italie nous avait propulsés, par mégarde il faut le reconnaître, sur le pinacle du football mondial. Ce qui est arrivé à la même date cette année en Colombie-Britannique, de l’autre côté du Saint-Laurent, est de nature à avoir des répercussions douloureuses sur l’état d’esprit des générations futures au Cameroun.

Le 10 juin 2015
commentaires

En effet, l’histoire retiendra surtout que le 8 juin 2015, le règne du foot au Cameroun est tombé en quenouille. Ou plus prosaïquement dans les bras ou plutôt les jambes de filles-garçons qui font crânement le grand écart devant le monde entier.

Qu’on me comprenne bien : j’ai l’esprit aussi ouvert que n’importe qui sur beaucoup de choses. Mais il y a des limites. Je dois avouer que je ne trouve aucun attrait particulier au football pratiqué par les femmes, que je ne crois pas que ce soit vraiment nécessaire qu’elles jouent au foot, surtout qu’il y a tellement de choses utiles qu’elles font et qu’elles pourraient faire.

Enfin, on n’est quand même plus à l’époque de ma grand’mère Rose où elles n’avaient accès qu’au couvent, à l’école maternelle ou à l’infirmerie pour s’affirmer. Elles peuvent depuis très longtemps jouer au tennis, piloter des avions, conduire des taxis, faire le coup de feu au front, être sénateur, etc. Pourquoi doivent-elles absolument jouer au foot ? Il n’y aura donc jamais un petit jardin sacré inviolable dans notre pays ?

Si c’est la question est juste d’avoir une équipe de foot de femmes comme tout le monde, pas besoin des Ngo Mbeleck et autres : les petits lapins de M. Mbia font largement l’affaire. De véritables femmelettes, en fait, des marie-couche-toi-là, sans téton ni faux cils il faut le reconnaître quand même, mais qui ont au moins l’avantage d’exhiber une allure certaine dans la robe virile qu’est le maillot vert. Alors, de grâce, qu’on ne me casse pas les oreilles avec des youyous et autres vuvuzelas. Je n’ai jamais regardé un match de football dit féminin, et on ne m’y prendra pas cette fois non plus.

Léon Gwod


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 10 juin 2015 à 21:56, par Cyrabelle En réponse à : Elles ont gagné, il paraît

    incroyable de lire ca de nos jours !!!... je suis pas pro femniste, mais une chose est sur, c’est que si les homme (LIONS INDOMPTABLE) ne sont pas capable de metre leurs culotte sur le terrain, et bien qu’ils les laissent aux femmes !!!.. et comme vous pouvez le voir jusqu’a present elles on l’air de tres bien les porter ces culottes !!! a croire que nos gars s’habillais aux rayons des dames !! :)

    En passant mr Gwod, si vous aviez envie de lancer une fleche envers les suiveux du gouvernement ne le faite pas au detriment d’une equipe feminine et de filles qui sont entrain de redonner de la fierte au Cameroun, fierte qui a ete ternie depuis des annees et plus particulierement en 2014 par la prestation de cette virile equipe d’incapable que sont presentement « les minou DOMPTABLE » du cameroon ; en passant savez vous ce que veux dire « minou » dans l’argo contemporain ?!!... et je ne parlerais pas de la fecafoot !!!...

    j’ajouterais Mr., comme vous parlez de viriliter... seriez vous capable de suivre leur rithme sure un terrain ; je vous met au defie, mais je pense que vous etes trop « minou » pour ca !!
    C’est vrais ce n’est pas du football masculin, ce n’est pas aussi rapide, aussi rugueux, aussi athletique, aussie technique et... il ne se pratique pas depuis aussi longtemps, donc laissez leur le temps a ces jeunes dames d’aprivoiser ce sport !. en attendant, elles sont, pour linstant, notre seul source de joie et de fierte !!.. pour l’instant !

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin 2015 à 08:13, par Bobill En réponse à : Sans titre

    Cyrabelle ma chérie, un chef d’œuvre architectural se construit en langage technique, à vue de nez, à vue d’œil, au fil à plomb, au niveau à bulle d’air, mais aussi à la panoplie des instruments électroniques contemporains de précision dans les nivellements en hauteur et en surface. Analyser ce chef d’œuvre de Léon Gwod à vue de nez ou en faire une topographie artificielle est passer juste à côté du sarcasme humoristique, qui s´y cache. Comme le football Camerounais est tombé en quenouille, puis qu´il est pratiqué par des femmelettes sans tétons ni faux cils conduites par son Capitaine Stephane Mbia, dont la dévotion à baisser la crinière excelle le Rubicon, on n’a plus besoin d´une équipe de football féminine, car ces hommes devenus des femmes font du maillot vert une robe (verte=bleu, pas mature) débutant. Les marie-couche-toi-là, sont des femmes soumises et rien que bonnes à couver des scrotums. Cet article n’a rien de misogyne et est plus une ode à la femme Camerounaise émancipée, qui secoue le joug d´une pseudo hégémonie masculine du football, puisqu´elle le faisait déjà dans bien d’autres secteurs d´activités sociales énumérées par l’auteur.

    Répondre à ce message

    • Le 11 juin 2015 à 08:31, par Bobill En réponse à : Elles ont gagné, il paraît

      Pour tout te dire ma chérie Cyrabelle, il valait mieux lire cet article deux fois et même plus au besoin, que de réagir précipitamment et épidermiquement ; car il est d´une violence extrême pour l’homme Camerounais de la vieille école des machos : une diatribe satirique contre l´hégémonie masculine du football Camerounais et du désintérêt accordé aux Dames. Son titre et sa conclusion font éclosion de cet état d´âme d´une société presque misogyne, caractérisé par l´intérêt que la société Camerounaise de la vieille école porte face aux prouesses héroiques des dames : Paiement à retardement des primes, préparation sabotée...et tous les fléaux connu chez nous. À ta place je m´excuserais auprès de l’auteur et lui enverrais inconditionnellement mon caleçon de soutien :-) ; car en fait de chef d´oeuvre grandiose, cet article en est un.

      Répondre à ce message

    • Le 11 juin 2015 à 08:47, par Cyrabelle En réponse à : Elles ont gagné, il paraît

      Ouais.. si c’est vraiment le cas est que c’est plustot du sarcasme alors mea culpa... mais « Juste in case » !!.. je vais me garder une petite gene pour presenter mes excuses... parceque je n’en suis pas aussi convaincu que toi... a moins que tu en sois toi meme l’auteur !!...

      c’est etonant mais non impossible et dieux sait a quel point ce n’est pas impossible que certaine personnes a notre epoque aient des pensees aussi retrograde !!!... :) donc please laisse moi garder mon calecon encore un bout de temps !!!... :)

      Répondre à ce message

  • Le 11 juin 2015 à 10:27, par Bobill En réponse à : Elles ont gagné, il paraît

    Non chérie Cyrabelle, je ne suis pas l’auteur de ce brillant chef d’œuvre et j’avoue que Léon Gwod n´écris pas pour être compris superficiellement, car il a toujours ce sarcasme satirique dans son style, qui fait de lui un virtuose des violentes diatribes sociales. Il sait pointer du doigt les paradoxes et l´incongru, au point ou peu sont ceux qui réagissent à ses écrits, car les dangers de chavirer en compréhension profonde sont toujours éminent. Lis un peu s´il te plaît “Les gens heureux m’énervent“ pour comprendre de quoi est-ce que je parle. Je te prie franchement de garder ton caleçon de soutien pour un bon bout, car si ces Camerounais font des maillots des robes, que feront- ils de ta jolie culotte ? En tout cas Gwod ne s´exclue pas des Camerounais inspirés changeant des maillots en robe et je t´assure, qu´il a de la suite dans les idées ; Fais donc gaffe....

    Les gens heureux m’énervent

    Le sirupeux ronron dans lequel semble baigner le Comité de normalisation commence à me taper sérieusement sur les nerfs. Elles font quoi donc, toutes ces têtes d’œuf-là ? Pas le moindre petit scandale, pas de petites escapades à Dubrovnik avec petites et grandes, pas d’histoires de primes ni de footballeur abandonné en Ouzbékitan ? Pas de petit chèque oublié par mégarde dans la poche de M. Bell ? Rien ?
    Je veux bien que les gens heureux n’aient pas d’histoire, mais là, l’insolent bonheur des professeurs et (...)

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon