Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

From my vintage point right here on this side of the Sanaga, if I were allowed to use a military simile, I would readily say, as concerns the staging of the CHAN in the distant rest of Cameroon, that reconnaissance announces very light cavalry ahead indeed. Even here, in Sipandang, we are grappling with the very probability that nobody would show up for the games if they were allowed to hold. Granted, we are living through stirring and trying times, people, and solidarity with the rest of our fellow citizens must prevail. We understand that, but please, don’t blame us if we do not bleed.

Sipandang, 21 février 2020. - La crisette qui secoue les deux institutions depuis quelques mois déjà est banale. Ce n’est pas la première fois que la (...)
Partant du principe que l’Euro rapporte vingt fois plus que la CAN, le président de la Fifa, Gianni Infantino estime que la compétition n’est pas (...)
Et si loin d’être un phénomène isolé, la situation que décrit Achille Emana était simplement une réaction au bon vieil Appoleh , qui consiste à faire (...)
Monsieur Ahmad Ahmad, je le crois, ne nous aime pas beaucoup. À sa décharge, toutefois, il faut reconnaître que nous ne sommes pas particulièrement (...)
Dites-moi, M. Kana, entre nous : pour qui travaillez-vous ? Quels intérêts interlopes servez-vous ? Quels desseins funestes nourrissez-vous en votre (...)
Le 16 août 2016, deux accords de financement étaient signés pour financer la construction du complexe sportif d’Olembé. D’un coût de 163 milliards de F (...)
Le départ des Lions pour l’Égypte en route pour la défense de leur titre remporté il y a deux ans au Gabon, qui était initialement prévu ce mercredi a (...)
Et si l’on avait fait le choix de développer une marque camerounaise au lieu d’aller chercher un équipementier avec la fin du contrat Puma ? La (...)
« Tu as déjà fait quoi, les gens ont vu ? ». Depuis quelques jours, cet air de musique urbaine popularisé par DJ Kenny et Minks, me trotte dans la tête. (...)

0 | 9 | 18 | 27 | 36 | 45 | 54 | 63 | 72 | ... | 90

La Chronique de Léon