Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Dossier

LA PRIME DE LA DISCORDE

Camfoot.com

J’ai assisté en direct en 1994 à Oxnard, en Californie, la première fois que je côtoyais les Lions indomptables pendant plusieurs jours d’affilée, au début de l’enracinement d’un malaise qui n’est pas étranger à l’effritement graduel de notre équipe nationale. L’argent, l’odeur de l’argent, les promesses d’argent, les rumeurs entourant l’argent avaient commencé à prendre le pas sur le jeu, la préparation des matchs, les décisions de l’encadrement technique et administratif.

Le 3 décembre 2004

C’était la funeste époque du Coup de cœur, des sommes d’argent batifolant allègrement, on se demande encore comment, entre Yaoundé et la Californie, de Zéro-Mort envoyé à la recherche de l’argent perdu, de la Fécafoot dirigée par deux clans en guerre ouverte, du militantisme naissant des joueurs décidés à obtenir ce qui leur avait été promis.

De Los Angeles à Leipzig en passant par le Japon, la France et la Tunisie, l’argent est omniprésent dans tous les grands et petits rendez-vous des Lions. Il n’y a rien d’étonnant ni de particulier à cela. Le football sur tous les stades du monde est joué au rythme du tiroir-caisse et sent le grisbi à plein nez. C’est là la donnée de base à partir de laquelle il convient de jauger la situation qui prévaut chez nos fauves.

La prime, puisqu’il faut l’appeler ainsi, a cessé depuis les années 90 d’être une récompense donnée en reconnaissance d’un surcroît d’effort ou de rendement. Il n’y avait alors, chez les Camerounais, aucune équivoque quant à la responsabilité morale des autorités footballistiques de fournir aux joueurs une protection en cas de blessures et une compensation monétaire pour le manque à gagner qu’occasionnait la présence en équipe nationale. La prime devait servir beaucoup à cela.

Tout le monde a à l’esprit le malheur qui a frappé bon nombre de grands joueurs laissés sans le sou et sans soins en Europe après une blessure subie pendant des compétitions internationales. Plus près dans le temps, Vivien Foé avait été recalé par Manchester United pour cause de blessure subie en équipe nationale et n’a jamais reçu de compensation quelconque pour la chance énorme qui s’était ainsi envolée.

Arrivent les années 90, la notoriété florissante des Lions et la médiatisation fulgurante du foot sur tous les continents. Le foot devient un article de consommation grand public, les sponsors se bousculent aux portes des grands clubs, l’argent coule à flots et la FIFA pèse de tout son poids pour obtenir l’indépendance des joueurs et favorise, ce faisant, la montée en flèche des cachets de ces derniers devenus de véritables stars populaires.

En principe, libérés des soucis d’argent et surprotégés par des assurances en béton, les joueurs pourraient se passer de la prime. De plus, les clubs qui les emploient n’ont plus le droit de retenir leurs salaires lorsqu’ils sont appelés aux compétitions internationales sanctionnées par la FIFA. Alors, pourquoi donc exiger si fortement une prime, se demande-t-on dans certains milieux ?

L’argent, l’odeur de l’argent, les promesses d’argent

Je vous comprends bien : il ne s’agit plus vraiment d’une prime, mais sans doute d’une rançon. Ils nous tiennent, sans nous forcer, certes, mais ils nous tiennent néanmoins. Dans les rangs des Lions, depuis quelques années déjà, le seul point qui semble réveiller les instincts séditieux de tous est la revendication militante entourant la prime. On n’a jamais entendu parler de menace de non-participation à un match pour incurie administrative ni pour carences au niveau de l’encadrement technique. Mais, que le versement de la prime soit retardé ou simplement menacé, alors même les plus doux des Lions montent aux barricades.

Une partie de l’opinion camerounaise ne semble pas comprendre pourquoi le patriotisme, l’honneur de jouer pour le pays et la richesse matérielle des joueurs ne sont pas de nature à contrebalancer la soif de maigres primes de match. Ce point de vue, contre lequel je m’inscris totalement en faux, serait méprisable s’il n’était pas risible. Ce n’est pas parce qu’on a du fric en poche qu’on crache sur un petit billet trouvé sur le trottoir. Les footballeurs ne sont ni des boy-scouts ni des fantassins de l’Armée camerounaise. En fait, pas la peine de se voiler la face, il s’agit souvent de têtes légèrement brûlées qui savent mieux courir que réfléchir.

Un autre élément dont il faut tenir compte et qui, à mon avis, a concouru à empoisonner les rapports entre les joueurs et les autorités concernant l’argent, c’est l’ignominieux hold-up perpétré en 1994 par les pouvoirs publics de notre pays. Des milliards de francs cotisés par des Camerounais ont été cyniquement distraits de leur objectif avoué pour aller alimenter des réseaux dont on ne sait rien. Cet argent n’a été perdu que pour les joueurs et les cotisants. Ceux qui en avaient la garde n’ont jamais dit ce qui s’était passé et, comme très souvent chez nous, ce honteux crime n’a jamais été élucidé et n’a couvert personne d’opprobre.

Pas fous, les joueurs savent bien qu’il y a du fric quelque part. Que ce fric, c’est eux qui le génèrent dans l’ensemble et qu’ils y ont donc droit. Et nous savons tous que s’il n’y avait pas de gros intérêts monétaires en jeu, nous n’assisterions pas au perpétuel bras de fer entre le MINJES et la Fécafoot ni à l’expression de la voracité des appétits et du mercantilisme éhonté de la camarilla de copains qui ont mis notre foot en coupe réglée.

Alors, qu’on verse à nos Lions les primes négociées et établies à l’avance. Et qu’on les paie à temps, sans condition.

L. NDOGKOTI, ndogkoti@camfoot.com


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2004 à 16:51, par ER En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Très très très bon sujet à débattre sans tabou. Si nos dirigeants pouvaient comprendre cet état de fait et arrêter cette mascarade de détournement de fond qui n’a que trop durée. Que voulez-vous, des fonctionnaires mal payés avides de cfa, qui gèrent des professionnels et une équipe de classe mondiale. En plus ils sont camerounais ; heum, tous des feyman ! Voilà le vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 17:10, par juyas En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Il faut proner la mise à l’écart pure et simple du ministère de la gestion de la chose sportive au Cameroun. Que ce soit au niveau du football, que de tout autre sport. Ces ministres successifs ont montré leur grosse incapacité à mettre en place une politique sportive globale. Ils protègent en fait leur caisse puisque le football en particulier génère des revenus qui peuvent financer leur train de vie hollywoodien.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 17:31, par val En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Je n’ai même pas eu envie d’aller à la fin de cet article. Il me donne la nausée.

    Que le rédacteur se contente d’exprimer son patriotisme avec sa plume.Mais qu’il ne s’attaque pas aux joueurs de la sorte. Allant même jusqu’à estimer qu’ils ne réfléchissent point. C’est macabre. Les lions au moins savent servir leur nation.
    Laissez moi vous dire que la profession de footballeur est omme n’importe quelle autre. C’est pour se faire du blé, un point c’est tout.

    Avant de plaindre nos lions de manque de patriotisme, faites le pour vos ministres et ainsi que tous les fonctionnaires de la fonction publique. Sinon, aprennez à jouer au ballon et aller les remplacer, ces lions. Puisqu’ils ont volé les places qu’ils tiennent en ce moment. Ca doit être facile métier de footballeur. Là je reconnais l’homme camerounais, théorique et « geulard ».
    Pourquoi ne prenez vous pas un entraineur aussi patriotique que les joueurs devraient l’être ?? Vous vivez dans un autre monde... Je crois.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 17:32, par ? En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Bel exercice de style, mais actuellement le problèmes de primes ne semblent plus exister au sein des lions, à l’inverse les résultats eux ne sont pas au rendez-vous.
    Que nos internationaux pensent d’abord au foot, j’ai tendance à croire qu’ils pensent d’abord fric.
    C’est le foot qui génère le fric et non l’inverse...

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 17:43, par juyas En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    @Val,

    Tu n’as rien compris de l’article. Comme quoi il faut lire tout avant de porter des jugements hatifs.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 18:00, par ? En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Je partage totalement l`analyse de VAL.
    J e crois que l`autuer de cet article vit dans autre monde ou alors refuse de voir les realites.
    Qulle hypocrisie..
    Hil

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 21:51, par Henri En réponse à : La part du Lion ???

    Article ridicule, indéchiffrable et très énervant. Je suis d’accord avec le fait que l’argent circule autour des Lions et que les Lions ont droit à leurs primes (aussi ridicules qu’elles soient pour des millionaires et milliardaires comme eux). Ce que je trouve pénible c’est l’histoire de nos Lions qui demandent les primes avant les matchs et préfèrent cacher cet argent sous le lit de la chambre d’hotel avant d’aller jouer les matchs. Messieurs les Lions ex Indomptables, votre plus grande préoccupation pendant le match c’est de retrouver intact l’argent ! Savez-vous d’ailleurs qu’il existe des comptes bancaires ?
    Qui dit mieux ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 22:10, par afobo En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Je suis entierement de ton avis,ils sont tous des feymansss.
    qu’ils donnent aux lions ce qui leurs revient de droit.
    michel Los angeles

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 22:29, par nel de bruxelles En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    NE PLUS VOILER LA FACE DES JOUEURS EN DISANT QUILS REPRESENTENT LA NATION ! EST CE QUE VOUS SAVEZ DE COMBIEN ON AUGMENTE LE SALAIRE D’UN MILITAIRE QUAND IL VA EN GUERRE ? éh bien de moitié. et au camer ,guerre ou pas , LES MILITAIRES SONT LES MIEUX PAYEZ.et pourtant ils travaillent pour la nation ! pour quoi ne pas donné du fric a leurs ayant droits ? ce n’est pas la somme qui importe a ces joueurs mais c’est le fait de leur donner a eux l’argent qui leur est dû comme dans tous les autres pays de foot. détournez les primes des joueurs bresiliens ou français et je verrais si ça passera inaperçu ! especes de malhonnetes camerounais. C’EST TRES BIEN QUE NOTRE FOOT SOIT DANS CETTE SITUATION : C’EST LE BEAU REFLET DE LA SITUATION DE NOTRE PAYS ! PAYS DE CORRUPTION ET D’IMPUNITé. J’APPELLE LES CAMEROUNAIS A LAISSER TOMBER LE FOOT ET A OUVRIR LES YEUX POUR SE RENDRE COMPTE QUE NOUS PROGRESSONS DANS LE CLASSEMENT DES PAYS LES PLUS PAUVRES AU MONDES ET QUE CHAQUE ANNEE 400 000 PERSONNES MEURENT DE SIDA CHEZ NOUS(SOIT UNE VILLECIMée PAR AN) merde ! pauvres camerounais le foot c’est votre somnifère

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 22:50, par Bill Étondè En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Mr Ndogkoti, Si vous voulez faire l´autopsie d´un défunt pour apprendre aux étudiants en médecine les fondamentaux de la pathologie, faites le consciencieusement et explicitement, car la pathologie revêt d´un domaine, dont la puanteur exécrable des macchabées en décomposition transperce même les voiles ou les mouchoirs de protection visant à nous faire moins aspirer du nauséabond, du pestilentiel ou du malodorant. Choisissez entre le bistouri pour les coupes fines et la machette pour les coupes grossières, mais présentez aux étudiants avec éloquence un travail de profondeur. Si vous ne vous y mettez pas avec assiduité, vous serez la risée de vos protégés. « Ils nous tiennent » : De qui faites vous allusions ? Des zombis en résurrection prématuré ? Des golems émanant de notre amour propre ou alors avez-vous peur des êtres lumineux après un séjour dans les ténèbres ? Te rappelles-tu la valeur de la pétrification monstrueuse des révoltes inopérantes et des marais de sang petrifides ?
    Qui fera donc ton autopsie pauvre moricaud ? Les lions sont le reflet d´une société camerounaise en pleine dépravation de tous mœurs et valeurs datantes. Oui, mon cher frère, une présentation physique et morale moche. Non arrêtez l´impunité !!! Le Cameroun contemporain a besoin de leaders charismatiques apolitiques pour devenir moderne et ce n´est pas par le canal des pétitions bidons que nous devons faire valoir nos droits. On ne peut pas être tous président de la République ou Ministre du football comme vous le dites tous : Ne demandons pas ce que le Cameroun fais pour nous, posons nous la question de savoir ce que nous faisons pour le Cameroun ? Aux footballeurs le football, aux gestionnaires la gestion, aux professionnels le professionnalisme et au politicien la politique !

    Le Minjes doit supervisé le football camerounais, comme tous les sports au Cameroun, mais aux vues de nos allergies épidermiques sur le dernier point de fierté nationale commune ou nous sommes prêt à hisser des barricades ou de descendre dans la rue, un problème de sécurité social s´impose. Mais qui est donc si apolitique et Charismatique pour libérer le peuple de ses douleurs cuisantes et nerveuses ? Nous somme des voleurs patenté, des profiteurs, favoritistes et corruptibles guignols. Pourquoi David Étamé Massoma après avoir laissé le beau-frère foutre la merde dans une boîte pleine de nitroglycérine ? Oui nous méritons vraiment des guignols comme « Mini pampam ». Mais si ce n´est lui, c´est bien un autre et de plus le président ne peut pas faire tout à la fois ! Faites-moi jouer Mboma Ndem ! Arrêtons le ridicule et donnons la gestion des lions à un manager sportif qui a fait ses preuves : Soit Milla, qui est déjà ambassadeur itinérant s´occupe des Lions en qualité de manager, soit Joseph Antoine Bell le fait et on trouve un entraîneur de qualité, qui nomme les joueurs en fonction de leurs qualités vraiment sélectives. Nous ne voulons plus des voleurs et marchants de honte au Cameroun. Le football doit être géré par la Fecafoot sous l´œil aiguisé du Minjes et là, la déontologie sociale doit être respectée. Pas de Fecafoot indépendante dans un pays autonome même si c´est le vœu de la FIFA ! Le gouvernement a le droit de contrôle d´un organe, qui dépend de la tutelle d´un Ministère, et nous les citoyens, nous avons le droit de contrôle du Gouvernement : Devoirs et droits du citoyen. Mais rigueur nous t´attendons toujours après plus de 20 ans !

    Mais avant les jérémiades faisons notre travail. Et vous, ses coyotes pouilleux revêtus de peaux de lions. Vous faites des discutions au rabais, pour mieux vous rabaisser. Mais pourquoi se rabaisser dans la discussion de laqués si on n´est pas laqué ? Ayez l´obligeance de respecter un culte national, ou de vous barrer : nous ne voulons pas de mercenaires et de tirailleurs, car nous ne sommes pas en guerre, mais en compétition et celui qui triche en sport et ne dit pas à son adversaire qu´il ne peut pas boxer dans la même catégorie que lui mérite son humiliation. Humilier vous si vous êtes sans honneurs, mais ne ternissez pas l´image de marque footbalistique du Cameroun, car il y en a qui ont donné leur vie pour construire cet édifice. Si vous discuter 200 000,00€ pour les donner à la veuve de Marc Vivien Foé, ou aux démunis, Là nous vous respecterons, mais si c´est la peau du lion que vous vendez à ce prix, vous vous mettez en danger, car il y plus d´un Camerounais fanatique, qui ne s´exprimera pas dans la lyrique.
    Mr Ndogkoti, faites péter les bouchons aux lieu de baver d´envie de boire alors que vous êtes le gérant.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 23:03, par nel de bruxelles En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    NE PLUS VOILER LA FACE DES JOUEURS EN DISANT QUILS REPRESENTENT LA NATION ! EST CE QUE VOUS SAVEZ DE COMBIEN ON AUGMENTE LE SALAIRE D’UN MILITAIRE QUAND IL VA EN GUERRE ? éh bien de moitié. et au camer ,guerre ou pas , LES MILITAIRES SONT LES MIEUX PAYEZ.et pourtant ils travaillent pour la nation ! pour quoi ne pas donné du fric a leurs ayant droits ? ce n’est pas la somme qui importe a ces joueurs mais c’est le fait de leur donner a eux l’argent qui leur est dû comme dans tous les autres pays de foot. détournez les primes des joueurs bresiliens ou français et je verrais si ça passera inaperçu ! especes de malhonnetes camerounais. C’EST TRES BIEN QUE NOTRE FOOT SOIT DANS CETTE SITUATION : C’EST LE BEAU REFLET DE LA SITUATION DE NOTRE PAYS ! PAYS DE CORRUPTION ET D’IMPUNITé. J’APPELLE LES CAMEROUNAIS A LAISSER TOMBER LE FOOT ET A OUVRIR LES YEUX POUR SE RENDRE COMPTE QUE NOUS PROGRESSONS DANS LE CLASSEMENT DES PAYS LES PLUS PAUVRES AU MONDES ET QUE CHAQUE ANNEE 400 000 PERSONNES MEURENT DE SIDA CHEZ NOUS(SOIT UNE VILLECIMée PAR AN) merde ! pauvres camerounais le foot c’est votre somnifère

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2004 à 23:14, par ? En réponse à : Les vrais Feymen ? Certains de nos Lions ex Indomptables

    Il sont millionaires ou des crèves de faim ces Lions ? Que nos joueurs nous disent la vérité sur leur situation dans leurs clubs en Europe ! Oui je suis d’accord, nos politiciens sont pourris et cette èquipe nationale ? Elle vous sembles vraiment à la hauteur de sa renommée ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2004 à 10:39, par Ndogkoti En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Cher M. Etondè,

    J’aurais aimé vous répondre, mais je n’arrive toujours pas à déchiffrer votre message. je ne sais pas au juste ce que vous voulez dire. La volée de bois vert que vous assénez sans discrimination vise-t-elle l’auteur de l’article, le président de la république, les Lions, le MINJES, tout le Cameroun ? Moi, j’ai dit ceci : la prime, la rançon si vous voulez, est une pratique largement répandue dans le foot moderne et doit être payée sans conditions. Et vous, monsieur Etondè, que dites-vous ? Calmez-vous, respirez par le nez, soignez votre syntaxe, votre raisonnement et votre orthographe, et éclairez-nous. Courage ! Ndogkoti

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2004 à 13:58, par A Nchimi En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Mr Ndogkoti,

    J’admire votre plume, vous le savez ; je vous remercie de conduire avec l’élégance de celle-ci le débat sur les primes de nos lions. Un problème qui n’en est en réalité un que pareceque beaucoup y gagnent, y compris probablement ....les victimes présumées qui ont bien besoin de justifier leurs piètres sorties à l’occasion.

    Mais j’ai une proposition différente de la votre : si on la payait pas, cette prime ?
    Ayant a titre personnel parcouru le monde pour des raisons profesionnelles, et bien entendu gagné ma vie, je peux vous assurer que la seule facon dont j’envisage une activité professionnelle au Cameroun est le bénévolat. Cette attitude, à point nommé et dans l’immédiat, répondrait à la sempiternelle question « que faisons nous pour notre pays ? » Le bénéfice secondaire et ô combien flatteur pour l’égo de cette attitude est le sommet de la pyramide de nos besoins : l’existence et la reconnaissance par les autres de sa grandeur : Exemple ; Marc-Vivien Foe que la planète entière à pleuré.

    En pratique, pourquoi ne limiterait-on pas les primes de ces footballeurs au plus bas (frais divers), pour allouer la plus grande partie des richesses qu’ils génèrent à un fonds indépendant susceptible de réhabiliter les structures sportives au pays ?

    Puis-je précéder les dénégations de deux ordres ; (1) il s’agit bien évidemment d’une substitution au rôle de l’état mais au point ou nous en sommes, devons nous encore reculer devant cette tournure de phrase si l’état nous laisse faire ?...De surcroît tout l’honneur sera pous ces généreux donnateurs. (2) Le deuxième point avec lequel j’agrée est que ce sont des footballeurs dont la carrière est somme toute assez courte ; ils doivent gagner le maximum d’argent et courir un minimum de risques en dehors de leurs clubs. Ma proposition ne contredit cependant en rien ceci, à condition qu’elle s’équipe de mesures d’accompagement telles par exemple la garantie pour chacun de ces donnateurs d’un emploi de formateur (ou autre chose) au terme de sa carrière et une pension d’agent de l’état.

    Mr Ndogkoti, avant de mettre un terme à cette proposition, me permettrez-vous de rappeler aux plus mercantiles des footballeurs que l’état camerounais (mauvais payeur notoire, c’est un fait) n’a jamais poursuivi aucun footballeur pour des émoluments perçus sur une carrière professionnelle lancée uniquement (et c’est plutôt fréquent) par des prestations en équipe nationale ?

    Longue vie à votre plume.

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2004 à 17:14, par biwott En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Les camerounais ont l’occasion, quelque soient leurs fonctions et leurs statuts sociaux, tous les 7 ans de trancher et de proposer des alternatives en ce qui conserne la gestion des affaires de leur pays, y compris le Foot. Ils l’ont fait.
    Alors silence et basta....!

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2004 à 21:34, par Bao02 En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Je ne comprends pas pourquoi les gens continuent d’indexer les joueurs dans tous ces problèmes du foot.

    Qui peut s’imaginer en train de travailler pour enrichir des individus dont le seul rôle consiste à vous rappeler votre patriotisme ???

    Que fait le ministre dans la gestion du foot ??? Quand il dit qu’il donne l’argent, L’argent des camerounais est-il devenu l’argent du ministre ???

    Le budget du ministère est une quantité d’argent qu’on réserve à la gestion d’un pan de la vie nationale. Ce n’est pas de l’argent qu’on donne à un individu pour qu’il le gère comme un père gère son salaire en famille.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2004 à 01:38, par Laurent En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Je trouve cet article mal écrit, et je trouve grossier la façon dont vous réagissez sur le forum, à quelqu’un qu vous fait une remarque. En étant objectif, vtre article est long et confus. On ne sait pas où vous voulez aller, ni qui vous mettez en ligne de mire. Ce n’est pas avec une conclusion de deux lignes, que vous souhaitez que nous comprenions votre propos !
    Et en plus, parlant de prime, sortant du milieu camer, on sait que les primes versées par les organisateurs des compet sont plus importantes au fur et à mesure qu’on franchit les tours. L’idéal serait d’arrêter ces primes par match, et de mettre des primes à objectif. 0 dollar, franc ou euro pour le premier tour et on commence à payer à partir de la qualification au second tour.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2004 à 15:38, par ZOUEK DE SUISSE En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    ET SI ON PARLAIT DE TRANSPARENCE DANS LES CHIFFRES ET DANS LA GESTION ? POURQUOI LES PROBLEMES DE PRIMES REVIENNENT TOUT LE TEMPS ?

    A MON AVIS, C’EST PARCE QUE LA GESTION DE CES PRIMES EST IMPROVISéE TOUT LE TEMPS..., PAR UNE AUTORITé QUITIENT LE PORTE-MANNAIE QUI DIT EN PASSANT N’EST PAS LE SIEN , MAIS QUIL GERE COMME SES PROPRES ECONOMIES.

    SI ON VEUT VRAIMENT QUE CE PROBLEME NE SE POSE PLUS, TOUT LE MONDE SAURAIT QUEL EST LE MONTANT DES PRIMES DES JOUEURS ET QUELLE BANQUE LES PAYE ,CAR CE N’EST PAS AU MINISTRE OU AUTRE DE PAYER LES JOUEURS, MAIS BEL ET BIEN à UNE BANQUE.

    LES JOUEURS CONVOQUéS PASSERAIENT SIMPLEMENT DEVANT UN GUICHET POUR RETIRER LEUR CHEQUE ET NE SOUFFRIRAIENT D’AUCUNE CONTESTATION OU LENTEUR.
    MAIS C’EST COMPTER SANS CEUX QUI « GERENT »

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier 2005 à 13:52, par Eyega En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Merci de dir cette vèritè aux Camerounais un proverbe bagaté dis que si vous epouser une folle ne vous etonné pas de la voir nu dans la rue
    les Cametrounais ont fait leurs choix
    SILENCE
    Lagestion du cameroun et le resultat de notre choix politique
    demander une gestion transparente a se gouvernement c´est demander a un morseaux de bois de devenir poisson par ce que il vie dans l´eau

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2005 à 13:33, par Salomon En réponse à : > LA PRIME DE LA DISCORDE

    Je suis sidéré lorsque je lis les inepties de certains de nos compatriotes, est ce juste l’envie de s’exprimer ou celle de dire qqc de sensé ?
    L’argent c’est qqc d’important. Il fut un tps où il était possible de jouer gratis, tout en remerciant le pays d’être dans le groupe de la Nat. Comme diraient certains, le monde évolue, lorsqu’un pays
    se qualifie pour une grande compet, les instances dirigeantes du foot telles que la
    FIFA octroient une certaine enveloppe, il est hors de question que ceux grâce auxquels cet argent est arrivé n’en profitent pas, qu’ils soient richissimes ou non. Un point un trait

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2014 à 16:41, par marbete En réponse à : LA PRIME DE LA DISCORDE

    Il y a quelqu’un qui a bien dit quelque part que le problème de primes des Lions ne date pas d’aujourd’hui, souvenez-vous du mondial 1994 aux USA que certains génereux donnateurs camerounais ont cotisaient pour régler les primes des joueurs et que cette enveloppe s’était volatilisée, aucune réponse n’a été donné aux contribuables de bonne volonté, ni aux joueurs. Au jour d’aujourd’hui, les joueurs craingnent de revivre la même histoire, je suis persuadée que si cet argent servait à une cause publique, disons à la création des stades, au développement du sport en général tous ces joueurs seront les premiers en abandonnant cette prime dans certains cas. Mais alors s’il faut se sacrifier pour enrichir une poignée d’individus c’est pas possible. Et là je suis tout à fait d’accord avec ces jeunes.
    Ne dit-on pas chez nous de ne pas remarquer l’endroit qu’on fait la chute, plutôt de voir là où on a trébucher ?.......Alors cessons de chercher les poux sur les têtes de nos jeunes compatriotes, combattons ces autorités qui ne veulent pas que notre pays suit le développement mondial.

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches