Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Lions Indomptables

Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

Côte d’Ivoire - Cameroun ; (2-3) le 04 septembre 2005 à Abidjan.

Camfoot.com

Les Lions indomptables du Cameroun qui avaient montré un visage plutôt pâle au début de ces éliminatoires couplées Can/ mondial 2006, ont trouvé des ressources nécessaires pour retrouver la place qui est la leur dans ce groupe trois. Personne ne vendait cher la peau du Lion dans cette arène complètement acquise à la cause de la maison orange. Rigobert Song et ses camarades ont puisé dans leur ressource pour venir à bout d’une équipe de Côte d’Ivoire bien en place et supportée par un public chauvin.

Le 6 septembre 2005

Dès six heures du matin, heures locales, les supporters des Éléphants de Côte d’ivoire prenaient d’assaut les gradins du stade Félix Houphouët-Boigny situé au bord de la lagune d’Ebrié. A l’heure du match tout le stade ou presque était teinté d’orange, couleur de l’équipe locale. Seul un carré était réservé aux camerounais qui ont tenu malgré tout à signaler leur présence.

Entrée des deux équipes

Dès la dixième minute, c’est Didier Drogba qui se signale par un puissant coup de tête, le portier Souleymanou a dû sortir sa grande classe pour éviter l’ouverture du score en tout début de match. Les ivoiriens aidés par leur public vont d’ailleurs continuer de mettre la pression. Mais la Côte d’ivoire dont le dispositif défensif était assez fébrile vont encaisser à la vingt-neuvième minute. Achille Webo qui a hérité d’un ballon dans la surface de réparation des ivoiriens n’éprouve aucune peine pour lober Gérard Gnanhouang le portier de Montpellier.

Joie après le 2e but camerounais

Six minutes plus tard, les ivoiriens vont revenir à la marque suite à une faute de Womé Nlend. Drogba qui était en embuscade est servit sur un plateau d’or par Aruna Dindane. Le joueur de Chelsea qui évoluait devant son public va battre à bout portant le portier Souleymanou Hamidou d’une frappe au second poteau. C’est le délire total dans ce stade pris d’assaut par 35000 spectateurs ivoiriens caressant le rêve de prendre part pour la première fois de leur histoire à une phase finale de coupe du monde. Mais la joie des ivoiriens sera de courte durée puisque Webo, toujours lui, va de la tête marquer à l’ultime minute de la première manche. Samuel Eto’o, après un gros déploiement sur le côte droit de la défense ivoirienne sert Olembé, le joueur de Marseille de son pied gauche va effectuer le centre, le ballon retrouve Makoun au deuxième poteau. Ce dernier de la tête remet au buteur providentiel Achille Wébo qui n’éprouve pas de peine à marquer. La désolation est à son comble au stade Felix Houphouët-Boigny. Les esprits fragiles ne tiennent pas le coup. Par dizaines ils tombent en transe, le service de la croix rouge est débordé. On essaye par des messages diffusés dans le stade à redonner confiance à ceux des supporters qui tiennent encore moralement le coup.

Weboooooooooooooooo !!!... & Etoooooooooo !!!

Les Éléphants vont d’ailleurs retrouver le moral puisqu’à l’entame de la deuxième manche, les ivoiriens, comme un seul homme, reprennent les refrains de l’hymne national. Sorte de message fort adressé aux camerounais. Les joueurs sur le terrain répondront d’ailleurs à la communion du peuple. A la 46’, les camerounais commettent une faute à l’entrée de la surface. C’est le coéquipier de Gerémi à Chelsea, Didier Drogba, qui prend la responsabilité de tirer le coup franc. Souleymanou va constater les dégâts. Didier Drogba l’idole de tout un peuple vient de donner vie à toute une nation. A deux buts partout, c’est les poulains de Henri Michel qui tiennent le bon bout. Guel Tchiressoua, l’ancien capitaine des éléphants, imposé par les autorités sportives est remplacé. L’ancien joueur de Saint Etienne, actuellement sans club n’a pas réussi son retour en sélection.

Henri Michel veut ce score de parité il est conscient que les Lions sont dangereux. Il jette dans la bataille un autre défenseur, Abdoulaye Meïté. Les supporters donnent de la voix, leur équipe contrôle la situation. Malheureusement à la 85’, ce qui devait arriver, arriva. Faute sur Saïdou dans le camp Ivoirien. Geremi, le maître de ce genre d’exercice chez les Lions prend ses responsabilités. La décharge est très lourde, le ballon est renvoyé par le poteau gauche du gardien ivoirien battu, Pierre Achille Webo Kouamo était dans les parages. Sa tête plongeante est lourde de conséquence pour la Côte d’Ivoire. Rien n’y fait, la Côte d’ivoire vient de laisser le pays de Roger Milla prendre la tête de ce groupe trois. La Côte d’Ivoire vient de laisser le Cameroun amorcer le dernier virage de la qualification.

Prière dans les vestiaires après « L’opération Commando »
Plusieurs cas d’évanouissements et de malaises chez les fans ivoiriens

Les Ivoiriens laissent éclater leur émotion, c’est les pleures.’’ Seigneur qu’est ce qu’on leur a fait’’, ‘’ pourquoi c’est à nous que ça arrive’’. Les ivoiriens ne trouvaient pas de mots pour exprimer ce qui leur arrive. Côté camerounais c’est le délire dans les vestiaires, le Cameroun vient de se relancer. Il va falloir maintenant rester vigilant et très concentré pour franchir le dernier rideau qui s’appelle Égypte.

Fiche Technique

- Stade : Félix Houphouët Boigny
- Spectateurs : 35000
- Climat : clément
- Temps : 90+3
- Note du match : 14/20

- Avertissement : Makoun (65’), Meyong (92’), Njitap (46’) pour le Cameroun, Boka (46’), Zoro (25’), Fae (50’) pour la Côte d’Ivoire.
- Expulsion : RAS

- Officiels :

  • Ac : Daani Mourad (Tunisie)
  • A1 : Tomusange Ali (Ouganda)
  • A2 : Saadallah Choki (Tunisie)
  • A4 : Zahmoul Adel (Tunisie)
  • Commissaire : Bah Alimu (Sierra Leone)
  • Inspecteur des arbitres : Lucarne Belaid

Équipes

Les Éléphants de Côte d’Ivoire

- Côte d’Ivoire : 16- Gnanhouan, 3- Boka, 4- Touré Kollo, 5- Zokora, 7- Guel ( 2- Fae, 45’), 8- Kalou, 11- Drogba, 13- Zoro (12- Meïté, 55’), 15- Dindane, 17- Domoraud (cap), Tiené (6- Demel, 86’). Réserves : 1- Barry, 9- Koné, 10- Yapi Yapo, 14- Koné Bakari
Coach : Henri Michel.

Le onze entrant des Lions Indomptables

- Cameroun : 16- Souleymanou, 4- Song (cap), 21- Kalla , 14- Saïdou, 12- Makoun (11- Meyong, 79’), 20- Olembé (19- Djemba, 68’), 8- Njitap, 3- womé (2- Atouba, 75’), 15- Webo, 18- Douala, 9- Eto’o. Réserves : 1- Ebede, 5- Matoukou, 7- Ngom, 6- Angbwa. Coach : Artur Jorge.

- Buts

  • Côte d’Ivoire : Didier Drogba (37e et 47e).
  • Cameroun : Webo Achille (29e, 45e et 85e.

Guy Nsigué, envoyé spécial à Abidjan


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 14 septembre 2005 à 08:34, par Happi de Bana En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    @ Ntang à Mbono

    J’ai été très heureuse de lire ton post.
    Très bon contenu.

    Happi de Bana

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2005 à 17:18, par Mbome En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    KEFOMA,ne vois-tu pas que BIDOUNG PKWATT est le nom le plus laid du Cameroun ?Une étude non négligeable explique que les gens se comportent selon leurs noms.Je crois que ce TYPE a été ministre juste à cause de ses qualités de BEAU-FRERE,il est NUL et rien de COMPARABLE avec MBARGA MBOA,c’est le jour et la nuit.Ce type au nom monstre ne mérite même pas d’être CHEF de quartier.Partout où il est passé il a détruit.Organisé un simple DEFILE le dépasse.Il voit sans doute le ministre à l’oeuvre et comme tous les incapables sa JALOUSIE est de MISE.On s’en fou...

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2005 à 20:44, par Kefoma En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    Salut à tous les internautes,
    après la victoire du Cameroun sur la Côte d’ivoire une question continue de me préoccuper l’esprit. Et c’est faute d’y avoir trouvé une réponse que je m’adresse aux Camerounais de tout bord.
    La question est aussi simple. Est-ce que Bidoung Pkwatt voit Philippe Mbarga Mboa à l’oeuvre ??? Je vous saurai gré de répondre à cette question.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2005 à 04:26, par serge biejamin En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    Monsieur Guy Nsingue
    vous dites que vous etes journaliste de sport pour votre journal que nous autre avons le plaisir de lire . Je voudrais vous rappeller monsieur nsingue, que l’expression de votre tribalisme n.est que le facteur qui caracterise le bamileke primaire tel que vous etes. ce ci etant aucun camerounais ne sera surpris en lisant vos imbecilites telles que ; Wome lend a fait une faute qui a occasioner un but.Vous citez bien le nom puis qu’il n’est pas bamileke. Et pour le segong ? vous manquez d’honaitete intellectuele pour dire clairement que djitap a fait une faute dont le coups franc de 25 metres a ete transformer en but. vous dites plus tot le Cameroon. webo est le cousin de djitap djitap est le maitre des coups francs. mais dites tout simplement que le mach a ete gagne par djitap et webo les deux bamileke, voila pour vous gros imbecile en quoi se resume l’equipe nationale. Dans cette equipe des lions qui a hausse le fout Camerounais au plus haut niveau jusqu’a atteidre les quarts de finales en 90, il y’avaient des freres meme pere , meme mere,seulement comme ils n’etaient pas bamilekes Dieu merci et que nous manquions des reporters a votre petites dimentions qui ne se limite qu’a une preference ethnique .Quelle bassesse. vous vous comportez comme si le temps vous a oublier.
    Vous feriez mieux d’ecrire pour votre cheferie. Il y’a des millions de cameroonian qui lisesnt cet article. Sachez m.qu’Il y a un cameroon une seule equipe nationale dans laquelle on n’est cameroonian pas plus.Vraiment vous n’etes qu,un minable ;salu gros imbecile
    mon e.mail kaumariuniversal@yahoo.com je reside en Californie si vous avez besoin de plus d’informationvous avez mon E mail

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2005 à 00:21, par Ntang à Mbono En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    Cette interview du Dr ABEGA vient mettre de l’eau à mon moulin !

    Abéga Théophile (ancien capitaine du Cameroun) : « La maturité des Lions a fait la différence »

    Fraternité Matin (Abidjan)

    INTERVIEW
    7 Septembre 2005

    Jean-Baptiste Behi
    Abidjan

    Théophile Abega dit Docteur, figure emblématique du football camerounais, était du voyage d’Abidjan. Il analyse le match.

    Fraternité Matin : Quelle analyse faites-vous du match ?

    Théophile ABEGA : Nous avons assisté à une très belle rencontre de football entre les deux meilleures équipes africaines du moment. Il fallait un vainqueur et ce fut le Cameroun. La Côte d’Ivoire n’a pas démérité. Dans ce groupe, s’il fallait deux pour représenter l’Afrique au Mondial, je crois que les Eléphants mériterait également d’être à ce rendez-vous.

    F.M. Etiez-vous convaincu que les Lions allaient s’imposer à Abidjan ?

    T.A. Je sais que la Côte d’Ivoire possède une grande équipe, de grandes individualités, mais je sais également que le Cameroun, non seulement en possède mais a un collectif beaucoup plus mature et expérimenté qui, à tout moment, peut faire la différence. C’est ce qui est arrivé dimanche, au stade Félix Houphouet-Boigny. Les Ivoiriens se doivent de continuer à travailler pour, peut-être, remplacer le Cameroun à l’avenir.

    F.M. Selon vous, quelles ont été les clés de ce match ?

    T.A. C’est d’abord le mental des Lions. Ils ont abordé le match avec toute la détermination nécessaire. Ensuite, au plan tactique et de la confiance en soi, les Camerounais étaient supérieurs. Ce sont ces éléments, en plus du talent, qui ont fait la différence.

    F.M. L’Egypte, un autre gros morceau, se dressera devant vous dans un mois à Yaoundé. Comment entrevoyez-vous cette confrontation ?

    T.A. Le Cameroun n’est pas encore qualifié. Cependant, il a de fortes chances de se qualifier. Nous allons croiser le fer avec l’Egypte. C’est un autre rendez-vous important. Nous le préparerons sérieusement pour atteindre notre objectif.

    F.M. Le retour de certains doyens tels que Raymond Kalla a été très critiqué par certains observateurs. Comment appréciez-vous cela ?

    T.A. Il revient à la presse qui a traité Kalla de vieux joueur de juger au terme de cette rencontre. Cependant, j’indique que Kalla est un patriote. Il est venu accomplir une mission et il l’a réussie de belle manière. Tout le peuple camerounais est fier de ce joueur de devoir et très expérimenté. Beaucoup d’observateurs venus assister à ce duel sont repartis avec une très bonne image de Kalla.

    F.M. L’ON ATTENDAIT SAMUEL ETO’O MAIS C’EST UN CERTAIN WEBO KOUAMO QUI A VOLE LA VEDETTE A TOUT LE MONDE.

    - La Côte d’Ivoire, c’est Drogba. LE CAMEROUN, C’EST ETO’O, WEBO ET BIEN D’AUTRES JOUEURS. Webo est un footballeur très discret, effacé. Il est arrivé au moment où il fallait. Webo a inscrit trois buts face aux Eléphants à Abidjan. Fabuleux !

    QUANT A ETO’O, JE PENSE QUIL A INTELLIGEMMENT JOUE SON ROLE. IL ETAIT ATTENDU. TOUT LE MONDE S’EST FOCALISE SUR ETO’O, IL A FAIT DIVERSION ET C’EST QUELQUUN D’AUTRE QUI A PORTE L’ESTOCADE.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2005 à 23:41, par Ntang à Mbono En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    Webmaster. Ne comprenant pas pourquoi mon texte est illisible, je tente de le relancer. J’écrivais ce qui suit...

    Bonjour @ Steaves et aux internautes de Camfoot

    Je crois qu’il faut savoir raison garder lorsque l’on prend la responsabilité car c’en est une, de porter un regard critique sur une rencontre comme celle-ci. Votre analyse s’apparente à celle de nombreux « observateurs avertis » auto-proclamés qui, il y a quelques jours encore, avaient programmé les obsèques footbalistiques des Lions Indomptables.

    Que lisait-on sur Fifa.com ? Que la Côte d’Ivoire est la valeur sure du football africain du moment. Mais la même FIFA classait son chouchou pachydermique (éléphantesque si vous préférez), bien loin derrière les mêmes Lions Indomptables lors des classements officiels des nations du foot.

    Aujourd’hui, on s’étonne que les Eléphants ont été « décevants », qu’ils ont « péché par une trop grande DROGBA DEPENDANCE » et que sais-je encore. Il n’y a qu’à visiter FIFA.com pour en lire de bien bonnes.

    Pour certains, la Côte d’Ivoire a marqué deux beaux buts et commis trois erreurs défensives. Traduction, le Cameroun n’a pas gagné, mais ce sont les éléphants qui ont trébuché.

    Non ! Beaucoup attentaient un match dans le match. La confrontation Drogba-Eto’o était annoncée et très attendue. Mais à Super-Drogba (à tout seigneur tout honneur), l’équipe du Cameroun a opposé « Hyper-Webo ». Et comme hyper est plus grand que super, les fauves ont pris le contrôle de la compétition au détriment des pachydermes et au grand dam de l’Empereur Abramovich et des grosses huiles de la FIFA.

    Si WEBO est desormais l’ « Homo Sapiens Abidjanus », Eto’o a bel et bien contribué à le hisser sur ce piédestal. Tous les fins connaisseurs du football vous diront que la Côte d’Ivoire avait bâti son système défensif autour d’une stratégie : l’étouffement de Samuel Eto’o. Il fut le fantôme du félicia ce 4 septembre 2005.

    Et il accepta et joua ce rôle de fantôme afin de libérer des espaces, en attirant vers lui l’essentiel du dispositif défensif ivoirien. Cela libéra des espaces et permit à Acille Wébo de battre Didier Drogba sur ses propres installations. J’affirme sans réserve qu’Eto’o a hanté la pelouse du Félicia, et a pesé d’un poids énorme sur le match.

    Pour gagner ce match du 4 septembre à Abijan, il fallait avoir une équipe. J’ai été TRES IMPRESSIONNE par l’immense évolution du jeu du jeune Eto’o qui n’est plus individualiste du tout, mais qui sait sacrifier son prestige personnel pour l’intérêt du groupe.

    Dans le Yaéré de Waza, c’est en bande que les lions vont à la chasse au gros gibier. Cette tactique a parfaitement été clonée par Artur Jorge pour infliger à Henri Michel la gifle qu’il méritait après ce qu’il nous a fait à USA 1994. Et dans ce dispositif, Eto’o fut un élément irremplaçable.

    Footbalistiquement vôtre.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2005 à 15:32, par rose banga En réponse à : Vous meme mes freres, ke devient le foot....weeeeeeeeeeeeeke

    Défaite des Eléphants : Ce qu`on a caché aux Ivoiriens

    Dernière heure - 9/6/2005 9:01:57 PM

    Depuis le dimanche 4 septembre dernier, la Côte d’Ivoire a été plongée dans le deuil suite à la défaite des Eléphants footballeurs contre les Lions Indomptables du Cameroun. Quelques jours seulement nous ont permis de découvrir les vraies raisons de la débâcle.

    Deux semaines avant la rencontre Côte d’Ivoire - Cameroun comptant pour les éliminatoires combinées CAN-Mondial 2006, l’ensemble des Ivoiriens ont été mobilisés. Tant l’enjeu était de taille pour le pays. Du Nord au Sud, le pays jadis divisé a été réuni pendant ces jours-ci jusqu’à la date du 4 septembre dernier, jour dudit match. Prêts à fêter la victoire, les Ivoiriens ont vu leur rêve se transformer en mirage à la 90e mn de la rencontre qui s’est soldée par le score de trois buts à deux pour les Lions Indomptables du Cameroun. Au lendemain de la débâcle, l’heure était et est au bilan afin d’en tirer des leçons. Au-delà donc de quelques erreurs techniques, il nous a été permis de découvrir des choses graves.

    Quand l’humilité fait défaut

    En marge de la mobilisation des Ivoiriens, certaines personnes proches du président Jacques Anouma Bernard de la Fédération ivoirienne de football, ont vu en cette mobilisation, une parfaite réussite donc une voie libre vers la victoire. Ceux-ci dès lors ont commencé à tancer l’ancienne équipe dirigeante d’avant Anouma. Or, s’il y a une chose que Dieu ne veut pas, c’est de croire qu’on a atteint l’auberge. Ne dit-on pas qu’on ne se moque pas de celui qui ne noie si l’on n’a pas encore atteint l’autre rive ? Qu’ont fait Anouma et son comité directeur de l’humilité. Lui qui avait réussi à réunir l’ensemble des politiciens a échoué. Loin de nous toute idée que l’ex-équipe dirigeante de la FIF a une part de responsabilité. Seulement, nous croyons qu’il aurait été loisible qu’on appelle tout le monde à la table pour fumer le calumet de la paix, seulement le temps de cette rencontre. Qu’est-ce qui empêchaient Anouma et son équipe de faire appel à Dieng Ousseynou et autres pour faire le tour du pays pour emboucher la même trompette et entamer le même refrain ? Il est vrai, l’ensemble des Ivoiriens était mobilisé, mais et les acteurs de la filière football ? Outre ce mal, il existe encore des erreurs qui ont été fortement préjudiciables aux Eléphants footballeurs.

    La course aux fétiches

    On ne le dira jamais assez, le football est un art donc qui se fait avec des techniques précises. C’est d’ailleurs pour cela qu’il existe à travers le monde, des écoles ou centre de football. Or, pour l’Afrique et en particulier certains Ivoiriens, le ballon rond est l’affaire des génies et autres pratiques fétichistes. Et dans le cas de la dernière défaite des Ivoiriens, les fétiches auront joué une grande part. Pas en faveur des Camerounais, mais en défaveur du Onze ivoirien. En effet, il nous a été permis de découvrir qu’après avoir sillonné, Eglises, Mosquées et Temples, le président de la Fédération de football serait tombé dans les pratiques de son grand patron Laurent Gbagbo, c’est-à-dire l’occultisme. L’on raconte qu’à la veille de la conférence de presse d’avant match, le vendredi dernier au Golf hôtel, Jacques Anouma aurait franchit le rubicond en allant rencontrer les fameux féticheurs de Dabou, dans la région de l’autre. Pour la simple raison qu’il fallait réparer un préjudice (un crédit) vieux de 13 ans, c’est-à-dire payer un crédit dû aux sorciers de Dabou datant de la victoire des Eléphants en Coupe d’Afrique des Nations Sénégal 92. La faramineuse somme de cinq (5) millions et un bélier auraient été offerts pour l’occasion. Toute chose qui n’est pas une mauvaise chose. Seulement, quand on a décidé de choisir Dieu, il faut le suivre aveuglément sans faire comme la femme de Lot. Car comment comprendre qu’après avoir eu la bénédiction de l’Eternel dans les Eglises, autres temples religieux et Mosquées, l’on puisse encore attacher des fétiches. Les vieillards de Dabou qui ayant reçu les pécules ont prophétisé une victoire de deux buts à zéro pour les Eléphants. Qu’a-t-on vu ? En lieu et place d’une victoire, cela a plutôt été une catastrophe qui a plongé le pays dans le noir et surtout dans l’hydre des calculs pythagoriens. Si Egypte gagne... , Si on gagne le Soudan.... Si le Cameroun perd ... Des élucubrations qu’on aurait pu éviter à la Côte d’Ivoire.

    Dieu n’aime pas qu’on partage sa gloire

    Chose curieuse, bien avant la rencontre Côte d’Ivoire - Cameroun, de nombreuses personnes sous l’impulsion du Saint-Esprit ont fait des révélations prophétiques que les Eléphants allaient battre les Lions Indomptables par le score de trois buts à deux après une âpre rencontre. La seule chose demandée, c’était tout simplement, confier le sort des Eléphants à l’Eternel des Armées comme Il le recommande dans les psaumes. Après avoir bien commencé, Anouma et ses hommes ont préféré tout bâcler reniant ainsi Dieu qui avait permis à l’équipe ivoirienne d’être leader de sa poule. Ne dit-il pas que ceux qui le suivent seront les premiers en toute chose ? L’Eternel sachant pertinemment que le pays serait victime de la méchanceté des hauts responsables, des autorités du football, avait déjà pris compassion de ce pays et décidé de lui assurer une victoire. Malheureusement, les hommes ont plutôt cru aux fétiches qu’en Dieu. Résultat, la défaite dans des conditions lamentables. Car Dieu n’aime pas qu’on partage sa gloire, parce qu’étant un Dieu jaloux. En dépit de tout, l’espoir est permis, car dit-il, si vous vous repentez et si vous revenez à moi, je me repentirai de ma colère et je serai pour vous un Dieu et vous des fils pour moi.

    L’espoir permis

    L’Eternel des Armées n’abandonne jamais ses enfants. Mieux,Dieu prend compassion des cœurs contrits et non des sacrifices d’animaux. Un message qui devra amener l’ensemble des Ivoiriens à garder espoir. Car aujourd’hui encore, le rêve est certes ambiguë mais pas brisé, parce qu’il est celui qui rend les choses impossibles possibles. Or, dans le cas d’espèce, rien ne dit que la qualification pour le Mondial 2006 est impossible. Aussi pour la victoire, quelques sacrifices s’imposent. Il faut donc se remettre en cause, lui demander pardon et surtout que le président de la FIF fasse amende honorable en faisant une pénitence de trois jours de jeûne sec ou jeûne d’Esther. Et laisser le reste à Dieu. Car une chose est sûre, l’Eternel a parlé, la Côte d’Ivoire ira au Mondial. Dieu n’est pas un homme pour mentir.

    Jules Bossiéhi

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2005 à 11:08, par steaves En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    Salut les ami(e)s, C’est bien la victoire et ns en sommes tres fier d’elle mais j’aimerais soulever un aspect de la chose à savoir le phenomene Eto’o fils car moi apres toutes les rencontres du Cameroun je ne vois vraimment pas son rendement juste, un exemple ,avant le match du dimanche parlait-on encore du grand duel Drogba Eto’o mais ce dernier n’arrive meme pas à sortir de lui ses qualites de bon joueur dont-il vente un peu trop ;alors que de l’autre cote drogba essaie tjours de remettre les pandules à l’heure.
    Ns avons eu au Cam. des grands joueurs qui savaient faire la differences lors des rencontres decisives comme celle de dímanche dernier , à l’instar de :Milla, Omam Biyick, Docteur etc mais jamais Eto’o n’a vraiment tire son epingle du jeu. et malgre tout les sectioneurs le mettent tjrs au terrain privant la place À un joueur de petite taille dt le nom m’echappe actuellement prtant tres combattant. je suis d’avis que l’entraineur devrait faire assoir Eto’o au bang et donne la chance aux autres jouers. car pr un but d’Eto’o il faut attendre cinq rencontres et parfois celles de peu d’importance. Lancez S.V.P. ce debat :Peut-on classer Eto’o parmi les grands joueur camerounais ? car il ne suffit pas de jouer ds un grand club pr affirmer qu’on est grand encore faut-il le prouver hors pr lui ce n’est malhereusement pas le cas.
    merci
    Steaves. (Ne me pretez pas d’intensions)

    • Le 7 septembre 2005 à 14:01, par Ntang à Mbono En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

      Bonjour @ Steaves et aux internautes de Camfoot

      Je crois qu’il faut savoir raison garder lorsque l’on prend la responsabilité car c’en est une, de porter un regard critique sur une rencontre comme celle-ci. Votre analyse s’apparente à celle de nombreux « observateurs avertis » auto-proclamés qui, il y a quelques jours encore, avaient programmé les obsèques footbalistiques des Lions Indomptables.

      Que lisait-on sur Fifa.com ? Que la Côte d’Ivoire est la valeur sure du football africain du moment. Mais la même FIFA classait son chouchou pachydermique (éléphantesque si vous préférez), bien loin derrière les mêmes Lions Indomptables lors des classements officiels des nations du foot.

      Aujourd’hui, on s’étonne que les Eléphants ont été « décevants », qu’ils ont « péché par une trop grande DROGBA DEPENDANCE » et que sais-je encore. Il n’y a qu’à visiter FIFA.com pour en lire de bien bonnes.

      Pour certains, la Côte d’Ivoire a marqué deux beaux buts et commis trois erreurs défensives. Traduction, le Cameroun n’a pas gagné, mais ce sont les éléphants qui ont trébuché.

      Non ! Beaucoup attentaient un match dans le match. La confrontation Drogba-Eto’o était annoncée et très attendue. Mais à Super-Drogba (à tout seigneur tout honneur), l’équipe du Cameroun a opposé « Hyper-Webo ». Et comme hyper est plus grand que super, les fauves ont pris le contrôle de la compétition au détriment des pachydermes et au grand dam de l’Empereur Abramovich et des grosses huiles de la FIFA.

      Si WEBO est desormais l’ « Homo Spiens Abidjanus », Eto’o a bel et bien contribué à le hisser sur ce piédestal. Tous les fins connaisseurs du football vous diront que la Côte d’Ivoire avait bâti son système défensif autour d’une stratégie : l’étouffement de Samuel Eto’o. Il fut le fantôme du félicia ce 4 septembre 2005.

      Et il accepta et joua ce rôle de fantôme afin de libérer des espaces, en attirant vers lui l’essentiel du dispositif défensif ivoirien. Cela libéra des espaces et permit à Acille Wébo de battre Didier Drogba sur ses propres installations. J’affirme sans réserve qu’Eto’o a hanté la pelouse du Félicia, et a pesé d’un poids énorme sur le match.

      Pour gagner ce match du 4 septembre à Abijan, il fallait avoir une équipe. J’ai été TRES IMPRESSIONNE par l’immense évolution du jeu du jeune Eto’o qui n’est plus individualiste du tout, mais qui sait sacrifier son prestige personnel pour l’intérêt du groupe.

      Dans le Yaéré de Waza, c’est en bande que les lions vont à la chasse au gros gibier. Cette tactique a parfaitement été clonée par Artur Jorge pour infliger à Henri Michel la gifle qu’il méritait après ce qu’il nous a fait à USA 1994. Et dans ce dispositif, Eto’o fut un élément irremplaçable.

      Footbalistiquement vôtre.

    • Le 7 septembre 2005 à 14:08, par Ntang à Mbono En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

      Mille excuses au Webmaster. Voici MON texte, sans coquille cette fois.

      Bonjour @ Steaves et aux internautes de Camfoot

      Je crois qu’il faut savoir raison garder lorsque l’on prend la responsabilité car c’en est une, de porter un regard critique sur une rencontre comme celle-ci. Votre analyse s’apparente à celle de nombreux « observateurs avertis » auto-proclamés qui, il y a quelques jours encore, avaient programmé les obsèques footbalistiques des Lions Indomptables.

      Que lisait-on sur Fifa.com ? Que la Côte d’Ivoire est la valeur sure du football africain du moment. Mais la même FIFA classait son chouchou pachydermique (éléphantesque si vous préférez), bien loin derrière les mêmes Lions Indomptables lors des classements officiels des nations du foot.

      Aujourd’hui, on s’étonne que les Eléphants ont été « décevants », qu’ils ont « péché par une trop grande DROGBA DEPENDANCE » et que sais-je encore. Il n’y a qu’à visiter FIFA.com pour en lire de bien bonnes.

      Pour certains, la Côte d’Ivoire a marqué deux beaux buts et commis trois erreurs défensives. Traduction, le Cameroun n’a pas gagné, mais ce sont les éléphants qui ont trébuché.

      Non ! Beaucoup attentaient un match dans le match. La confrontation Drogba-Eto’o était annoncée et très attendue. Mais à Super-Drogba (à tout seigneur tout honneur), l’équipe du Cameroun a opposé « Hyper-Webo ». Et comme hyper est plus grand que super, les fauves ont pris le contrôle de la compétition au détriment des pachydermes et au grand dam de l’Empereur Abramovich et des grosses huiles de la FIFA.

      Si WEBO est desormais l’ « Homo Sapiens Abidjanus », Eto’o a bel et bien contribué à le hisser sur ce piédestal. Tous les fins connaisseurs du football vous diront que la Côte d’Ivoire avait bâti son système défensif autour d’une stratégie : l’étouffement de Samuel Eto’o. Il fut le fantôme du félicia ce 4 septembre 2005.

      Et il accepta et joua ce rôle de fantôme afin de libérer des espaces, en attirant vers lui l’essentiel du dispositif défensif ivoirien. Cela libéra des espaces et permit à Acille Wébo de battre Didier Drogba sur ses propres installations. J’affirme sans réserve qu’Eto’o a hanté la pelouse du Félicia, et a pesé d’un poids énorme sur le match.

      Pour gagner ce match du 4 septembre à Abijan, il fallait avoir une équipe. J’ai été TRES IMPRESSIONNE par l’immense évolution du jeu du jeune Eto’o qui n’est plus individualiste du tout, mais qui sait sacrifier son prestige personnel pour l’intérêt du groupe.

      Dans le Yaéré de Waza, c’est en bande que les lions vont à la chasse au gros gibier. Cette tactique a parfaitement été clonée par Artur Jorge pour infliger à Henri Michel la gifle qu’il méritait après ce qu’il nous a fait à USA 1994. Et dans ce dispositif, Eto’o fut un élément irremplaçable.

      Footbalistiquement vôtre.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2005 à 01:26, par ER En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    Merci Aurelien pour cette mise en garde. Je me demande à quoi joue L’Équipe. Ils vont la même manipulation des infos (qd il s’agir de l’Afrique) que BBC Sports. N’est pas vous Aurelien CANOT du PARISIEN ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre 2005 à 21:22, par ? En réponse à : > Côte d’Ivoire - Cameroun : Des Lions héroïques se font respecter à Abidjan

    Attention aux "serpents" de l’equipe. Ils ont tronqué l’interview de Mbami, certainement pour nuire au Cameroun !!!!

    Voici l’interview entière accordée à football365.fr :

    Cameroun / Modeste M’BAMI : « Le Cameroun reste seul maître en Afrique » mar 06 sep, 16h07

    Photo 1 - Cameroun / Modeste M’BAMI : « Le Cameroun reste seul maître en Afrique » agrandir la photo

    Ne pas avoir été retenu par Arthur Jorge pour disputer le choc face à la Côte d’Ivoire n’empêche pas Modeste M’Bami d’apprécier le succès des siens à sa juste valeur. Rentré plus tôt que prévu à Paris, l’ancien Sedanais est très fier que le Cameroun domine toujours son continent.

    (publicité)

    Modeste M’Bami, on a beaucoup parlé de la Côte d’Ivoire ces dernières semaines. Le Cameroun a montré dimanche qu’il était toujours supérieur. Est-ce votre avis ?

    On parlait de la Côte d’Ivoire car c’est une équipe africaine qui montait, un peu comme le Sénégal il y a quelques années. Mais le Cameroun a montré que nous sommes toujours les seuls maîtres en Afrique. Notre expérience a beaucoup joué.

    Tout l’Afrique noire s’est focalisée sur ce choc du groupe 3. Cela doit être une immense fierté pour vous que d’en être sorti vainqueur ?

    Comme tout bon Camerounais, j’ai l’amour du maillot et du pays. C’est donc une grosse fierté d’avoir gagné ce match. Nous sommes sortis vainqueurs mais la Côte d’Ivoire aurait bien représenté l’Afrique aussi au Mondial.

    Avez-vous douté après les deux égalisations ivoiriennes ?

    Les Ivoiriens sont revenus deux fois au score mais nous les avons bien aidés en leur donnant un peu les buts. Maintenant, s’ils n’avaient pas Didier Drogba dans leur équipe, ils n’auraient jamais recollé au score à deux reprises. Ils ont un avant-centre exceptionnel mais nous avons mieux maîtrisé le match qu’eux. C’est là que notre victoire s’est jouée.

    « Le coach doit avoir ses raisons »

    Le plus important pour les Lions Indomptables est maintenant d’assurer leur billet sur leurs terres, vendredi avec la venue de l’Egypte ?

    Nous avons notre destin entre les mains, c’est bien. Mais rien n’est joué encore. Il faut faire attention car il faut gagner ce dernier match contre l’Egypte. Maintenant, j’insiste bien sur le fait que la Côte d’Ivoire mériterait aussi d’aller en Allemagne. Quel que soit le qualifié, que cela soit le Cameroun ou la Côte d’Ivoire, cela sera bien pour le continent africain.

    Sur le plan personnel, vous avez effectué la préparation de ce dernier match en date avec les Camerounais mais Arthur Jorge n’a pas choisi de vous garder pour le match...

    Le sélectionneur a donné sa liste des dix-huit et je n’en faisais pas partie donc je suis rentré dans mon club où l’on a besoin de moi. J’ai fait le stage normalement. Pour tout vous dire, je ne pensais même pas à cette éventualité. Maintenant, je n’en veux à personne. Quand on m’appelle, je suis là et je fais mon boulot.

    Votre sélectionneur vous a-t-il expliqué pourquoi il avait choisi de ne pas vous retenir ?

    Je n’ai pas eu d’explication, rien du tout. Je n’en demanderai pas. Si le coach n’a pas cru nécessaire de m’en parler, il doit avoir ses raisons.

    Aurélien CANOT

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon