Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Roger Milla : « Je n’ai pas droit, en ma qualité de conseiller des joueurs, de manquer les matchs des Lions »

Traduit par Camfoot.com

« J’ai été nomme ambassadeur itinérant du Cameroun par le président Paul Biya. Je représente le Cameroun à toute sorte d’événements et reçois à cette fin un salaire a la fin du mois. Théoriquement, je peux m’offrir le luxe de placer une grosse cylindrée devant ma résidence comme voiture de service. Parallèlement je m’engage de façon bénévole pour la lutte contre le sida. Ce fléau qui menace le continent africain. Je me bats en tant qu’ambassadeur de l’ONU à trouver des gens qui sont prêts à faire des dons aux hôpitaux. »

Le 17 novembre 2004
commentaires

Que devient Roger Milla ? L’attaquant Camerounais avait qualifié son équipe nationale au mondial 1990. Aucune équipe africaine n’avait jusque la atteint ce cap de la compétition. Légendaire resteront ses pas de danse au coin du corner.

Question : Vous avez, grâce aux buts marqués contre la Roumanie et la Colombie, permis au Cameroun d’accéder au quart de finale de la coupe du monde 1990. Vous arrive t-il encore de rêver de ce triomphe ?

Roger Milla : Non. Ca c’est du passé. Le gardien Colombien René Higuita, contre qui j’avais incrit deux buts n’est heureusement pas quotidiennement dans mes rêves.

A l’époque vous étiez à 38 ans, en fait en fin de carrière...

Roger Milla : J’avais arrête le foot professionnel depuis 6 mois et m’étais retiré dans les îles de la réunion dans l’océan indien afin de préparer tranquillement mon certificat d’entraîneur. Mais un jour le téléphone sonna et c’était l’entraîneur des lions indomptables qui me proposait de jouer pour mon pays. J’en ai discuté avec Evelyne et l’aventure pouvait commencer.

L’interview de Roger Milla dans le journal allemand « Stern »

Vous deviendrez à votre retour au Cameroun un héros national ...

Roger Milla:Des rues ont été dénommées Roger Milla et à Yaoundé un monument a même été construit. Ce monument n’était malheureusement pas très beau et a été entre-temps détruit.

Le football vous a ouvert pas mal de porte dans le monde. Vous avez même été l’hôte du Pape...

Roger Milla : C’est un événement inoubliable. En 1993, j’avais répondu à l’invitation de jeunes prêtres au Vatican quand tout d’un coup on m’informa que le Pape voudrait me recevoir : Nous nous sommes entretenus pendant environ 15 minutes. Alors que j’étais sur le chemin du retour, j’ai rencontré la Mère Theresa, que j’avais eu à visiter quelque temps auparavant. J’ai accroché une photo de moi et du Pape dans mon salon.

Ce n’est certainement pas l’unique photo ?

Roger Milla : Non évidemment. Il y a des photos avec Lionel Richie, James Brown, Stevie Wonder, Franz Beckenbauer, Michel Platini ou le président français Chirac.

Où vivez-vous actuellement ?

Roger Milla : Au Cameroun et à Montpellier. J’ai joué 3 saisons à Montpellier et le président du club dit de moi que je fais parti du mobilier.

Vous avez deux enfants. Sont-ils aussi sportifs que leur papa ?

Roger Milla à Leipzig avec les Lions

Roger Milla : Mon fils Roger, qui vient de passer le bac, est amateur de foot et Sandy hérite de ma touche de balle. Elle joue très bien au tennis et gagne malheureusement très souvent contre moi. Je souhaiterais pouvoir lui permettre de développer son talent dans une école de tennis allemande. Toute ma vie tourne en fait autour pas seulement du football, mais du sport. J’ai été, grâce aux gênes que mes parents m’ont donnés, un très bon athlète. Ils sont malheureusement décédés très tôt et n’ont pas pu vivre les plus grands moments de ma vie.

Comment gagnez-vous votre vie ?

Roger Milla : J’ai été nomme ambassadeur itinérant du Cameroun par le président Paul Biya. Je représente le Cameroun à toute sorte d’événements et reçois à cette fin un salaire a la fin du mois. Théoriquement, je peux m’offrir le luxe de placer une grosse cylindrée devant ma résidence comme voiture de service. Parallèlement je m’engage de façon bénévole pour la lutte contre le sida. Ce fléau qui menace le continent africain. Je me bats en tant qu’ambassadeur de l’ONU à trouver des gens qui sont prêts à faire des dons aux hôpitaux.

Le Cameroun joue contre la RFA ce mercredi à Leipzig ? Serez-vous de la partie ?

Roger Milla : Evidemment. Je n’ai pas droit, en ma qualité de conseiller des joueurs, de manquer les matchs des Lions. Notre qualification pour le mondial 2006 est plus importante que ce match amical. Nous devons gagner contre la Côte-d’Ivoire et je souhaite bonne chance à Winnie Schäfer.

Interview réalisée par Patrick Kiefer, Stern - Traduit de l’Allemand par Patrick Kadji (Camfoot.com)


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon