Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Mondial Junior Égypte 2009

Wabo : le discours et la méthode

FIFA.com

Si l’on devait demander aux fans de football qui est le favori de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Égypte 2009, peu d’entre eux désigneraient le Cameroun. Pourtant, emmenés par un coach au caractère bien trempé, les Africains rêvent bel et bien d’être l’une des sensations de cette compétition.

Le 23 septembre 2009
commentaires

Débarqués depuis maintenant une semaine sur le sol égyptien, les Lionceaux préparent leur « coup » dans la plus grande discrétion.

« Il était important d’arriver aussi tôt », a affirmé le stratège Alain Wabo à FIFA.com. « D’une part pour nous acclimater à des conditions bien différentes de celles que l’on peut connaître au pays en ce moment. D’autre part parce que je souhaitais voir mes joueurs entrer dans le vif du sujet progressivement. Je suis fier que la fédération ait mis les moyens de nos ambitions. Tout se déroule comme prévu jusque là ».

Basé dans la très calme cité d’Ismaïlia, le Cameroun alterne les journées à deux entraînements, celles à un seul et les matches amicaux. Les hommes de Wabo ne sont d’ailleurs pas parvenus à s’imposer lors de leurs deux dernières sorties (un nul et une défaite). Pas de quoi inquiéter cet entraîneur autodidacte.

Nous sommes venus en Égypte pour remporter la Coupe du monde. Et je ne suis pas du genre à fixer des objectifs irréalistes
Alain Wabo, sélectionneur des U-20 camerounais

« L’important n’était pas le résultat mais la manière. De ce point de vue, ces deux matches ont été très positifs. Il reste encore quelques réglages à trouver, notamment sur le plan de l’animation offensive. Mais je pense que nous serons prêts samedi ».

Ce 26 septembre au Mubarak Stadium de Suez, les finalistes du dernier Championnat d’Afrique Juniors feront leur entrée face à l’adversaire à priori le plus à leur portée, la République de Corée. Mais à l’instar de l’Allemagne et des États-Unis, les autres membres de ce Groupe C, les demi-finalistes du Championnat d’Asie U-19 de l’AFC 2008 ne seront pas à prendre à la légère.

« Notre tâche ne sera pas aisée dans cette poule car nous serons opposés à une conception différente du football. Nos adversaires ont plutôt tendance à évoluer tout en vitesse et en technique quant nous avons l’habitude d’imposer un défi physique permanent. C’est pour cela que je dis qu’il nous reste encore à trouver un peu de folie dans le jeu d’attaque pour devenir encore plus forts ».

Alain Wabo et les Lionceaux pendant la Can juniors 2009 au Rwanda

Le ’Capello’ camerounais

Dans son discours comme dans les exercices qu’il impose à ses joueurs, Wabo a le souci du détail. Une caractéristique qui lui a valu dès ses débuts de technicien - à 21 ans soit dit en passant - le surnom de Capello camerounais. « La discipline et la rigueur ont toujours été les bases de mon travail », assure-t-il comme un hommage au sélectionneur italien de l’Angleterre.

Reconnu pour avoir fait monter trois clubs camerounais en première division et pour avoir offert trois titres de champions consécutifs au Renacimiento, en Guinée équatoriale, l’élève Alain pourrait prendre un peu d’avance sur le maître Fabio en s’adjugeant une couronne mondiale.

« Nous sommes venus en Égypte pour remporter la Coupe du monde. Et je ne suis pas du genre à fixer des objectifs irréalistes. Je sais que ce groupe peut le faire ». Rendez-vous donc le 16 octobre prochain.

FIFA.com


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 24 septembre 2009 à 05:07, par daniel alain ndo En réponse à : Wabo : le discours et la méthode

    J’aime bien M. WABO Alain non pas parce qu’il se prénomme Alain, pas parce qu’il se fait appeler CAPELO non plus, mais parce qu’il a des convictions et que sans complexe, après s’être convaincu qu’il est dans le vrai, il trouve de bons mots pour les exposer et réussit à emporter l’adhésion de nombre de ceux qui l’écoutent. Pour ce qui est de l’issue du tournoi, je reste constant. Si le Cameroun gagne ce n’est pas tant parce que nous l’aurons mérité, mais parce qu’en vérité nous aurons réussi à tricher sur les âges en alignant des joueurs mâtures dans une compétitions réservée aux apprenants et, sous ce rapport c’est le contraire qui serait surprenant. Dans cette affaire le vrai mérite de WABO est d’être là au moment où cette tricherie s’opère ; ce n’est donc ni une affaire de méthode ni du talent. Par anticipation j’ai envie de dire que je suis content pour lui, que je suis content pour ces enfants de plus de 23 ans qui selon leur accompagnateur WABO vont possiblement gagner une compétition réservée à des moins de 20 ans. Toutefois j’aime relever que cela se fait au détriment des lions indomptables séniors car la relève devient moins évidente. En effet, combien de joueurs de notre formation fanion actuelle sont passés par des sélections cadettes,etc.?Par ailleurs, cette façon très camerounaise de vouloir des victoires à tout prix et à tous les prix contribue à nous empêcher de faire dans la prospective, mais à liquider comme en tout temps et en toute circonstance les affaires courantes. Pour le reste, selon le CAPELO camerounais la FECAFOOT a mis les petits plats dans les grands, et pour lui les conditions sont idéales alors, le prenant au mot ; alors je dis qu’il s’est obligé des résultats. S’ils sont bons, on dira aussi que le Ministre des sports travaille bien, il est chanceux, et même qu’il mérite d’autres promotions. Je termine en disant que la fin de carrière de M. KALLA NKONGO à 29 ans devrait être pour nous un cas de conscience.

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre 2009 à 14:01, par Bamado En réponse à : Wabo : le discours et la méthode

    Daniel Alain Ndo

    je partage globalement ton analyse sur l’âge de nos joueurs. Même si ce n’est pas une spécialité camerounaise, c’est parfois ahurissant de voir ses amis d’enfance ou camarades de lycée prendre 8 ans de moins que leur vrai âge quand ils jouent à l’équipe nationale. C’est bien car ça nous permet de gagner des trophées dans les catégories jeunes (même si je te trouve trop optimiste pour le cas de EN Jr actuellement en Egypte) mais à la longue ces gars seront trop vieux quand ils arriveront dans l’équipe fanion et on ne pourra rien planifier sur la durée. Un exemple, dans l’équipe championne d’Afrique junior de 1995, combien ont pu s’imposer en équipe fanion ? Deux seulement (Womé, Geremi) pas plus, ce n’est pas normal. Franchement comment comprendre qu’un Mbami à 26 ans seulement soit déjà considéré comme un vieux joueur ? 26 ans ?
    On doit apprendre à faire jouer les enfants avec leurs vrais âges même si on ne gagne rien dans les catégories jeunes

    Ton Wabo la franchement il m’énerve parce qu’il est trop pédant. Il cherche toujours à expliquer « scientifiquement » des choses qu’il aurait bien pu expliquer terre à terre. Vous me direz que c’est une question de style mais vraiment...

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon