Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Lions indomptables : Artur Jorge prêt à revenir au Cameroun

Le président de la Fécafoot a fait parvenir au ministre des Sports une liste de cinq entraîneurs probables.

Mutations

Quarante deux (42) candidats de treize nationalités ont postulé pour le poste d’entraîneur-sélectionneur des Lions indomptables. Les demandes ont été envoyées par poste, fax et courrier électronique. Parmi ces derniers on retrouve douze Français, le plus gros contingent, huit Allemands (dont le Camerounais d’origine Richard Towa), six Brésiliens, quatre Polonais, trois Portugais et deux Croates.

Le 15 mai 2007
commentaires

Pour le reste, on a un Bosniaque, un Argentin (Marcelo Janier Zuleta), un Anglais, un Danois (Flemming Serritslev), un Espagnol (Gabriel Humberto Calderon), un Hongrois (Bertalan Bicskei) et un Ukrainien.

D’après le comité d’urgence de la Fédération camerounaise de football dont les membres ont étudié tous ces dossiers, « vingt-et-un candidats ont présenté un potentiel minimum acceptable pour être entraîneur du Cameroun ». Entre autres, sept Français (Laurent Fournier, Alain Moizan, Jean-Louis Gasset, Gernot Rohr ou encore Joël Muller), cinq Allemands (Peter Obermayer, Horst Köpple, Hans Dieter Adlof Schmidt, Burkhard Ziese et Richard Towa), deux Brésiliens (Edson Araujo Tavares et Jose Roberto Fernandes), deux Portugais (Acacio Alfredo Casimiro et Antonio José da Conceicao Oliveira dit « Toni »), l’Hongrois, l’Espagnol, le Danois, le Bosniaque et l’Argentin.

La Fédération a dressé le profil de chacun de ces seize candidats. C’est de sur la base de ce premier tamis qu’une shortlist de sept noms a été dressée, avec une forte coloration allemande. On y retrouve, par ordre d’arrivée : Hörst Köpple, Burkhard Ziese, Hans Dieter Adolf Schmidt, Joël Muller, Gernot Rohr, Peter Obermayer et Acacio Alfredo Casimiro.

Comité d’urgence

Il se trouve que mercredi 9 mai dernier, le président de la Fécafoot, Mohammed Iya, a adressé sa proposition pour le poste d’entraîneur des Lions indomptables. D’après ce dernier, la réunion du comité d’urgence du 19 avril dernier, à Douala, a planché sur le dossier et « la quasi-totalité des membres du bureau est unanime pour vous proposer le recrutement de M. Artur Jorge au poste d’entraîneur de notre équipe fanion ».

Or, il se trouve que le successeur de l’Allemand Winfried Schäffer n’a pas postulé pour le poste de sélectionneur des Lions indomptables« . Une curiosité qui trouve sa réponse dans la lettre que le président de la Fécafoot adresse au ministre des Sports. »Ce dernier que j’ai personnellement contacté, écrit Mohammed Iya, est d’accord pour occuper ce poste. Il a d’ores et déjà un programme pour l’horizon 2010 et nous vous suggérons d’envoyer d’urgence une délégation restreinte rencontrer l’intéressé à Paris".

Une proposition à laquelle n’adhère pas Augustin Edjoa. Selon des proches du ministre, ce dernier n’est pas prêt à engager un sélectionneur pour les Lions indomptables dans la mesure où le dossier Arie Haan est pendant. La Fécafoot avait en effet saisi la Fédération internationale de football association (Fifa) pour se plaindre de la rupture unilatérale du contrat l’a liant au technicien hollandais. Le mois dernier, la Fifa a d’ailleurs demandé à la fédération de fournir des preuves supplémentaires de ses allégations. Or, il se trouve que l’avocat d’Arie Haan a également saisi la Fifa pour se plaindre de la rupture unilatérale du contrat et réclamer des dommages. Une situation ambiguë pour laquelle le ministre des Sports avait demandé des éclaircis à la Fédération, avec ampliation au Premier ministre. Lettre restée morte jusqu’à ce jour.

Toutefois, le président de la Fécafoot poursuit, dans sa correspondance du 9 mai dernier suscitée, qu’au cas où la candidature d’Artur Jorge n’aboutirait pas, le bureau propose, par ordre de préférence, quatre autres entraîneurs. Cette dernière liste est bien différente de la première liste de sept candidats dont deux seulement ont été finalement retenus : Horst Köpple (1er) et Joël Muller (4e). Le Français Jean Petit réapparait (3e). Tandis que le nom du Belgo-espagnol Emilio Ferrera, arrivé dans le lot des derniers dossiers transmis à la fédération, est cité en deuxième position.
Mohammed Iya précise que la fédération a pris contact avec les quatre entraîneurs cités. Que « deux ou trois de ces candidatures ont été reçues à travers des tierces personnes ou des intermédiaires qui réclameront certainement des commissions », prévient-il.

Les quatre autres candidats

Horst Köpple, La rigueur allemande

Après dépouillement total de la pléiade de dossiers de candidatures au poste d’entraîneur sélectionneur des Lions indomptables du Cameroun reçus à Tsinga, c’est celui de Horst Köpple qui est le mieux ficelé, puisque celui -ci arrive en première position. Agé de 59 ans, l’entraîneur allemand de haut niveau compte 28 années d’expérience. Il a travaillé en Asie, au Moyen-Orient et en Allemagne.
C’est d’ailleurs dans son pays d’origine qu’il a principalement fait carrière. Cinq fois champion d’Allemagne avec Borussia Moënchengladbach, il a remporté deux fois la Coupe de l’Uefa (1975 et 1979) avec ledit club qui a, par ailleurs été finaliste malheureux de la Ligue des champions en 1977 sous la direction de Horst Köpple.
Si sa qualification ne souffre d’aucune suspicion, le technicien allemand a une faible connaissance du français, un des critères importants du profil du futur entraîneur-sélectionneur des Lions indomptables dressé par lé Fécafoot. La candidature de Horst Köpple est de celles dont Mohammed Iya signale qu’elle a été présentée par un agent.

Joël Muller, Technicien formateur

Joël Muller est un footballeur français, né le 2 janvier 1952 à Donchery, dans les Ardennes. Formé au FC Metz, de 1971 à 1978, ce défenseur rejoint ensuite l’OGC Nice pour une saison, puis l’Olympique Lyonnais pour deux saisons. Il finit sa carrière de joueur à Dunkerque de 1981 à 1984. Il prend ensuite la charge du centre de formation du Football Club de Metz jusque décembre 1989, avant d’être nommé à la tête de l’équipe première, qu’il entraînera jusqu’en 2000. Il entraîne ensuite le RC Lens de 2001 à 2005, avant de retourner au FC Metz, qu’il a entraîné toute la saison dernière. Il est depuis lors l’actuel directeur technique du club lorrain.

C’est sous sa direction que Rigobert Song Bahanag signe son premier contrat professionnel en 1994. C’est également Joël Muller qui appellera le capitaine des Lions indomptables en 2002 au Rc Lens, lorsque « Rigo » traversera une « mauvaise passe ». Sous ses ordres, les Grenats sont vainqueur en 1996 et finaliste en 1999 de la Coupe de la Ligue. En 2002, Metz termine vice champion de France derrière Lens qui possède une meilleure différence de but. Enfin, Joël Muller est président de l’Unecatef (syndicat des entraîneurs français) depuis mars 2001.

Son dossier ne mentionne pas s’il a un diplôme d’entraîneur. Par ailleurs, la Fécafoot fait savoir qu’il a un agent au Cameroun qui pourrait avoir une influence potentielle sur son travail.

Jean Petit, Etoffé son CV

Jean Petit est un ancien footballeur français né le 25 septembre 1949 à Toulouse. C’est d’ailleurs au Toulouse Football Club (Tfc) qu’il fait ses premier pas dans le football professionnel. Il y passe neuf ans (1958-1967), avant de rejoindre Luchon pour deux ans et de terminer à Monaco, où il va mettre treize ans (1969-1982). C’est avec Monaco qu’il remporte d’ailleurs tous ses titres comme joueur : champion de France en 1978 et 1980, vainqueur de la Coupe de France en 1980. en 1978, l’hebdomadaire France football décerne le titre de joueur français de l’année 1978 à Jean Petit. L’ancien international Français (1977-1980) n’a pourtant dirigé Monaco que quelques mois à peine : 19 septembre au 4 octobre 2005.

Emilio Ferrera, Jeune, enthousiaste mais instable

Espagnol d’origine, c’est le 6 octobre 2000 qu’Emilio Ferrera Patricio obtient la nationalité belge où il est né le 19 juin 1967 à Schaarbeek. Il est présenté comme un modeste joueur. Il a évolué chez les jeunes du RSC Anderlecht avant de défendre les couleurs de petits clubs sans jamais atteindre la division 1 belge.

Selon des observateurs avertis du football belge, c’est en tant qu’entraîneur qu’Emilio Ferrera Patricio est parvenu à se faire un nom. Notamment au RWD Molenbeek, alors à l’agonie. Le jeune technicien parvient à hisser le club à la 10e place à l’issue de la saison 2001-2002. Malheureusement, le club est radié à la fin de la saison.

L’année suivante, il amène le Lierse SK qui termine la saison à la 5e place. De bons résultats qui lui permettent de se faire une réputation de maitre tacticien en Belgique. Pour autant, Emilio Ferrerra est jugé instable : les trois saisons dernières, il a conduit autant de clubs et a été licencié à chaque fois. Le dernier étant le Fc Bruges, où il a été remercié le 28 janvier 2007.

On dit d’Emilio Ferrerra qu’il est hautain. La candidature du Belgo-espagnol a été présentée par le cabinet Bruxels New Generation (Bng), qui possède dans ses rangs des Camerounais dont un certain Patrice Amougou. Il y a quelque temps, François Ngoumou, qui a conduit une sélection de juniors camerounais au tournoi foireux de Düsseldorf, a séjourné au pays pour « positionner » ce dossier dont il affirme avoir le soutien de la Primature, où une copie avait été déposée, ainsi que celui des autorités belges.

Bertille M. Bikoun


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches