Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Eugène Njo Léa, portrait d’un pionnier

Il est le premier joueur camerounais à avoir joué une Coupe d’Europe, le deuxième meilleur buteur camerounais et le dixième africain de l’hsitoire du championnat de France de première division, les joueurs actuels lui doivent leurs conditions salariales, et pourtant Eugène Njo Léa demeure inconnu du grand public. Portrait d’un pionnier...

Le 19 novembre 2021
commentaires

« A l’UNFP, Union Nationale des Footballeurs Professionnels, nous n’oublierons jamais qu’il a fallu qu’un footballeur camerounais, qu’un homme épris de justice et de liberté se lève pour agir au bénéfice de l’ensemble des joueurs pour dire non à une condition que Raymond Kopa qualifia d’esclavage en 1963. Ce footballeur, cet homme, ce visionnaire, c’est Eugène Njo Léa. Et permettez moi de le remercier au nom de Philippe Piat et Sylvain Kastendeuch, les deux co-presidents, de tous les salariés de l’UNFP et au nom de tous les footballeurs que nous représentons ici ! » C’est plein d’émotion que Philippe Lafon, Directeur Général de l’UNFP, termine son discours relatant le parcours de l’ancien attaquant camerounais et l’importance de son action dans la création du métier de footballeur professionnel.

Jusque dans les années 1960 en effet, les footballeurs étaient liés à leurs clubs jusqu’à leurs 35 ans par des contrats contraignants, qui permettaient à leurs dirigeants d’en disposer sans qu’ils n’aient leur mot à dire. C’est dans ces conditions que naît le syndicat des joueurs sur une idée de Eugène Njo Léa, qui lui fait bénéficier de son réseau de Droit et dans le football. Meilleur buteur de l’histoire sur une coupe du monde, Just Fontaine (13 buts en 1958) sera le premier président de l’institution, Eugène devenant son Secrétaire Général. Leur premier combat sera la généralisation du contrat à temps, permettant aux joueurs de signer des contrats à durée déterminée et ainsi de bien négocier leurs bonnes performances.

Si ce combat a pu être mené, c’est en raison de ses connaissances en Droit, mais aussi de la notoriété acquise sur les terrains de football. Arrivé du Cameroun en 1951, il signe à Saint-Étienne après avoir marqué les esprits dans le football amateur. Il inscrit l’un des buts du en finale de la Coupe Drago 1955, premier titre des Verts (2-0 contre Sedan). Il est ensuite le meilleur buteur de l’équipe stéphanoise qui remporte le premier titre de champion de France de son histoire en 1957 (29 buts). Poursuivant ses études, il part en 1959 à Lyon où il reste deux saisons (29 buts) avant une pige à Paris au RC Paris, dernière étape avant une longue carrière de diplomate.

Njo Lea : Finale Coupe Drago, ASSE c Sedan

Durant les années 1980, il essaie de transmettre en Afrique, en proposant une professionnalisation du football. Ses tentatives au Sénégal, mais surtout au Cameroun resteront vaines, ce qui sera un regret au crépuscule de sa vie.

Eugène Njo Léa en bref :
Naissance le 15 juillet 1931 à Batouri
Décès le 23 octobre 2006

Professionnel :
Saint-Étienne (1954-1959),
Lyon (1959-1961),
RC Paris (1961-1962)

Palmarès :
Champion de France (1957)
Coupe Drago (1955, 1958)

Création de l’UNFP (1961)

Joseph Djomo, Camfoot


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 20 novembre à 00:42, par Birago En réponse à : Eugène Njo Léa, portrait d’un pionnier

    Grand MERCI pour l’article. Dans mon enfance au pays, nous entendions parler des légendes du foot camerounais comme Eugene Njo Lea, Novice Mpondo, Yebga Maya... et, bien sûr, plus tard, l’incomparable Mbappe Lepé. Antan et jusqu’à présent même, pour certains comme moi, ces histoires continuent à ne paraitre en effet que comme des fables et des contes.

    Sans franchement prétendre que ces footballeurs sont prioritaires (ou même secondaires) dans le train-train et les maintes préoccupations de la vie, il est néanmoins rafraichissant de savoir qu’ils ont vraiment existé et, en plus, apprendre quelque chose de personnel dans leur honorable passage sur terre—comme vous nous offrez dans le cas de feu Mr. Njo Lea (paix infinie à son âme).

    Dommage qu’il n’y ait pas un grand musée de foot au Cameroun où nous pourrions sauvegarder et bénéficier automatiquement de ce genre d’informations. Une fois de plus, GRAND MERCI.

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches