Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Confédérations 2003 : le récit bouleversant d’Eric Djemba

Camfoot

Invité de SFR Sport, l’ancien milieu de terrain des Lions Indomptables a raconté les derniers moments de Marc Vivien Foe en vie, lors de la victoire sur la Colombie, en demi-finale de la Coupe des Confédérations de 2003. « On ne voulait pas jouer la finale », assure-t-il. Voici son récit.

Le 2 décembre 2017
commentaires

« On a commencé à jouer. A un moment donné il (Marc Vivien Foe, Ndlr.) me dit : Canto ? Je réponds : oui Marco. Il me dit : je ne me sens pas bien, je suis fatigué. Il venait de faire une course de 30 ou 40 mètres avec le ballon. Il revenait en trottinant. Il me dit : je suis fatigué. Je suis dit attend, quand Carlos (Kameni, Ndlr.) va renvoyer le ballon, s’il va en touche, on va dire à l’entraineur [que tu es fatigué] et il va faire le changement. Alors, Carlos frappe le ballon et Marco va en duel avec Mario Yepez qui était mon coéquipier à Nantes. Ils vont en duels, Mario Yepez renvoie le ballon de la tête, et nous, on se retourne pour suivre le ballon. Marco, lui, s’écroule derrière nous. Alors j’entends comment Yepez m’appelle. Il crie : Eric, Eric, Eric… Je me retourne, et Marco, il était au sol. On va vers lui en se disant qu’il a pris un coup, que c’était normal qu’il se retrouve au sol. Il est sorti, et nous, sans se douter de quelque chose, on a continué à jouer. Ndiefi Pius avait marqué et on a gagné 1-0, donc on était qualifié pour la finale. On était content, on courait partout.

Ensuite, nous sommes rentrés dans le vestiaire. C’était à Gerlain, il y a un couloir qui mène au vestiaire. Pendant qu’on s’avance, on voit Roger Milla qui vient vers nous, il pleurait, il était en larme. On ne savait pas pourquoi. On lui demande, mais Roger qu’est-ce qui se passe ? Et là, il nous dit : Marco est mort ! Le choc qu’on a eu… On s’est regardé. On ne savait pas quoi faire. De Gerlain jusqu’à Saint-Etienne où nous logions, il n’y a eu aucun mot dans le bus. A l’hôtel, chacun est allé dans sa chambre. Le lendemain, on n’a pas pu s’entrainer. Le coach a compris que ça n’allait pas, il nous a laissés. Ensuite, il y a eu une concertation, mais on ne pouvait pas jouer. On ne savait pas comment ç’allait se passer. Chacun avait peur, on se disait : si Marco, un grand sportif avec tout le physique qu’il avait s’écroule comme ça, chacun avait peur d’être le prochain pouvait. On ne voulait pas jouer, mais il y a Sepp Blatter qui était président de la FIFA qui est passé nous voir et qui a discuté avec nous. Il nous a dit : c’est vrai que c’est tragique, c’est difficile, mais si vous pouvez jouer, faites-le pour lui (Marc Vivien Foe, Ndlr.). On était vraiment catégorique. L’épouse de Marc Vivien Foe est passée nous rendre visite et elle nous a dit de jouer pour lui et pour ses enfants, qu’il avait toujours voulu remporter cette compétition. On a décidé de partir de jouer. C’était très difficile, mais on a quand même tenu jusqu’aux prolongations ».

Repris par Arthur Wandji


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 3 décembre à 11:38, par bamyaben En réponse à : Confédérations 2003 : le récit bouleversant d’Eric Djemba

    Un proverbe chinois nous apprend que : « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. »
    Décidément, certains ne comprennent pas où veulent en venir les concepteurs et les présentateurs de l’émission « Le Vestiaire » de la chaîne SFR Sport. Font-ils le procès du Football camerounais sans le dire clairement et ouvertement ?

    Après avoir lu cet article sur CAMFOOT, j’ai pris la peine de consulter le site de cette émission « Le Vestiaire » et leurs titres sur les vidéos de Bassong et Djemba en disent long sur l’intention voilée derrière cette suite d’interviews des anciens internationaux camerounais et entraîneurs des LIC.

    • Le 3 décembre à 11:47, par bamyaben En réponse à : Confédérations 2003 : le récit bouleversant d’Eric Djemba

      Dois-je vous rappeler que c’était toujours au cours de cette même émission que Pierre Lechantre débitait ses inepties sur de l’âge de Raymond Kalla, le maraboutisme, le trafic d’âge et de la corruption dans le Football camerounais ?

      Après Lechantre, c’était Tchoutang qui était passé dans cette émission pour débiter sa part d’inepties en accusant Etoo d’avoir marabouter Job, d’être à l’origine de la chiasse attrapée par Joseph-Désiré Job lors de la CAN 2000.

      Après Tchoutang c’était autour de MBia et plus récemment Bassong pour leur parler de la nature des rapports entre Etoo et Song et là maintenant c’est Djemba qu’ils invitent pour parler du décès de Feu Marc-Vivien Foé (paix à son âme).

    • Le 3 décembre à 11:56, par bamyaben En réponse à : Confédérations 2003 : le récit bouleversant d’Eric Djemba

      Voici les titres des vidéos des interviews de Bassong et Djemba :
      Djemba : "Après la mort de Foé, on avait peur". Emission du 02/12/2017.
      Bassong : "Etoo/Song:La guerre des ego" au Cameroun selon Bassong. Emission du 28/11/2017.

      Depuis le début de cette émission en janvier 2017, elle fouille plus dans les poubelles des vestiaires du Football camerounais que dans les poubelles des vestiaires du Football français où ils ne manquent pas de merde ou dans les poubelles des vestiares d’autres nations.

      Certains camerounais en bons naïfs, complexés ou simplement vindicatifs, ne connaissant pas « la langue de bois », la duplicité,doivent être leurs meilleurs clients, toujours prêts à tailler leurs compatriotes à la face du monde entier puisqu’ils n’ont rien d’autre à dire ou à faire.

      Emmanuel Petit zizi, Franck Leboeuf bourguignon et Gallas devraient avoir beaucoup à dire sur les poubelles des vestiaires du Football français que celles du Football camerounais qui semble plus les intéresser et fasciner que bien d’autres. Les poubelles des vestiaires des Lions indomptables doivent être attractifs pour les charognards.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre à 19:26, par Kemet En réponse à : Confédérations 2003 : le récit bouleversant d’Eric Djemba

    La finale aurait dû être reportée de quelques jours par respect pour Marc-Vivien Foe. Si ça avait été le cas, le Cameroun aurait remporté sa toute première coupe des confédérations. La France était à notre portée, on avait autant de talents qu’eux.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre à 17:18, par camerondiazz En réponse à : Confédérations 2003 : le récit bouleversant d’Eric Djemba

    Je me rappelle de ce match lá, il me semble que j’avais 15 16 ans ! Nous ne t’avons pas oublié grand frère FOE , tu avais mis la barre très haute à ton poste, l’un des meilleurs milieu défensif que nous ayons eu , c’est pour cela que nous sommes parfois exigeant avec le joueur qui porte le maillot numéro 17, il est aussi important que le 9 !!! Repose en paix .Nous nous retrouverons tous un jour de toute façon si Dieu nous l’accorde.
    Si tu avais joué cette finale j’aurais mis ma main à couper que nous remporterions cette coupe.

    FOE 17

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches