Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

  • Accueil
  • Actualités
  • Yves Brecheteau : « penser à un jeu qui met à l’avant des passes  (...)

Easter Cup 2017

Yves Brecheteau : « penser à un jeu qui met à l’avant des passes »

Camfoot

Directeur du centre de formation Dhj, il est l’un des chercheurs de talent qui a parcouru les matchs de cette troisième édition de la Easter Cup, organisée par l’Ecole de football Brasseries du Cameroun (Efbc) du 11 au 15 avril dernier. Il nous donne son appréciation par rapport au niveau du tournoi destiné au moins 18 ans.

Le 17 avril 2017
commentaires

« J’ai apprécié positivement la prestation des jeunes footballeurs qui ont participé à ce tournoi, c’est un bon augure pour la suite. C’est vrai qu’on voit ces qualités mentales que possède le joueur camerounais.

Par contre sur un plan footballistique, il faudra peut-être se pencher sur un aspect tactique, technique, sur un jeu un peu plus posé, sans faire un parallèle avec le Barça. Mais il faut penser à un jeu qui met à l’avant des passes et non sur des attaques rapides, où il y a des jeux directs, des combats, des duels. C’est tout ce que je souhaite.

Si les éducateurs peuvent entendre ce message de manière modeste, mais précise, parce que c’est à travers le jeu que l’équipe nationale sera pourvue par rapport à la formation. Dans chaque équipe il y avait un, deux ou trois joueurs de qualité, mais l’homogénéité au niveau de l’Efbc me parait supérieure. Je dis bien l’homogénéité. Un respect complet pour le travail effectué par Jean Flaubert (Manager général Efbc, Ndlr) et son équipe parce qu’au delà de l’organisation, on voit des choses intéressantes.  »

Louisa Mang


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 17 avril à 21:20, par bamyaben En réponse à : Yves Brecheteau : « penser à un jeu qui met à l’avant des passes »

    Le dribble et la passe sont des armes fatales au Football. Ils permettent de progresser, de franchir les obstacles (éliminer l’adversaire) et de se rapprocher ou atteindre la cible. Nous l’avions encore vu dernièrement lors de la dernière CAN que nous avions gagné au Gabon.
    C’est grâce au centre millimétré de Mounkandjo que Nkoulou égalise.
    Que dire du chef d’oeuvre (dont on a peu parler à mon goût) de Siana qui élimine jusqu’à SEPT joueurs de champ égyptiens pour mettre Aboubakar en orbite.

    J’utilise sciemment un terme de la mécanique spatiale, la mise sur orbite.
    Comme lors d’une mise d’un satellite sur une orbite, la PASSE est plus qu’un art c’est une science exacte appliquée, il faut savoir la faire : Où, quand et comment la faire.
    Comme en mécanique spatiale, le vrai problème, toute la difficulté est de donner à la charge utile la vitesse et la précision voulues.

    Les meilleurs passeurs sont le plus souvent les meilleurs tireurs de coups franc.
    Si nous avons gagné la Can 2017 c’est grâce aussi bien à la maestria de M. Broos qu’à celles de nos dribbleurs capables de percuter et de nos passeurs qui étaient déterminants en demi-finale et en finale.

    • Le 17 avril à 21:37, par bamyaben En réponse à : Yves Brecheteau : « penser à un jeu qui met à l’avant des passes »

      Il faut juste apprendre aux enfants à être efficace avec le dribble et la passe et c’est ce qui a révolutionné le jeu de Mounkandjo depuis qu’il est capitaine.

      Il a enfin, je dis bien enfin appris à être efficace, à employer les armes redoutables qu’il a dans son football, le dribble et la passe à bon escient.

      Avant il était énervant, inutile et dangereux contre son camp ce qui fut d’ailleurs la pomme de discorde avec Assou-Ekotto au Brésil. Il dribblait pour épater les enfants et les femmes et oubliait ses partenaires et l’essentiel, l’efficacité.

      Dribbler pour dribbler ne sert à rien comme faire la passe pour se débarrasser du ballon et c’est ce qui fait la différence entre les grands joueurs et les autres.

      Les grands joueurs savent avant même de recevoir la balle ce qu’ils feront avec. Ils savent quand il faut dribbler, quand il faut faire la passe et quand il faut frapper même dans les situations les plus improbables.

    • Le 17 avril à 22:25, par bamyaben En réponse à : Yves Brecheteau : « penser à un jeu qui met à l’avant des passes »

      Si on n’a pas appris aux enfants entre 8ans et 16ans l’importance d’être efficace avec le dribble et la passe et qu’ils l’intègrent dans les fondamentaux puis qu’ils font parties intégrantes des fondamentaux du football, ils ne pourront jamais devenir des grands joueurs quelques soient leurs qualités techniques et c’est d’ailleurs l’un des freins des footballeurs africains et je pense tout de suite à Jay Jay Okocha qui avait 1000 Zidanes dans chacun de ses pieds, or Zidane était le Grand Maître de la passe juste, du dribble et du geste technique efficace.
      Ce qui est déplorable, c’est qu’on n’a pas encore pu ou su développer nos propres systèmes en fonction du profil de nos joueurs qui ont tous pour être meilleurs, ils sont techniques, physiques, rapides et endurants.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 13:13, par Bobill En réponse à : Yves Brecheteau : « penser à un jeu qui met à l’avant des passes »

    Je ne pense pas que cela soit trop nécessaire mon cher Yves Brecheteau, parce qu´au haut niveau, les chemins tactiques, les déplacements de chaque joueur, tout comme ces passes se travaillent, mais trop influencer le jeu des enfants dès le départ, fait d´eux des prototypes de footballeurs du type européen, qui sont incapable de trouver des solutions dans les dribbles en situation de duels ou de conserver ne serait-ce que le ballon pour attendre des renforts. Ce que tu proposes mon cher est décrié par beaucoup d´entraîneurs européens et je crois personnellement que le jeu des passes courtes comme celui de Barcelone voit déjà ses limites, quand cette équipes a besoin de 10 à 15 passes pour faire un but pendant que les adversaires utilisent 2 ou 3 passes pour les crucifier de buts avec de longues balles.

    Non mon cher, le jeu espagnol copié chez les Hollandais est aussi démodé, que le retard de la Hollande au niveau du football européen international. Pendant que les grandes nations européennes se battent en ligue des champions 1, la hollande paie son retard en Uefa. Le Cameroun a besoin comme toutes les grandes nations de football d´un football intérimaire basé sur de bonnes individualités capables de porter d´abord le ballon. Et je crois que ceux qui ont joué au bon football diront que la passe, quand on ne sais pas dribbler est parfois précipitée, parce que les joueurs ont peur de perdre le ballon.

    • Le 17 avril à 13:22, par Bobill En réponse à : Yves Brecheteau : « penser à un jeu qui met à l’avant des passes »

      Pour les mordus du football mondial, la CAN et la Copa América sont des meilleurs championnats continentaux, parce que les nations sont tactiquement imprévisibles à cause des dribbleurs. C´est à cause du dribble que Pelé, Maradona, Gullit, Zidane, Etoo, Messi, Ronaldinho, Cristiano Ronaldo, Maresh et même Bassogog se sont illustré en football et non pas trop à cause de leurs passes.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches